Hamas fires rockets at Israel. (IDF/Twitter) (IDF/Twitter)
Rocek Gaza

De 18 heures du lundi à la fin de la journée, environ 1 100 roquettes ont été tirées de la bande de Gaza vers Israël, dont des lancements incessants tôt le matin et un barrage de plus de 130 roquettes dans le sud du pays en un espace de cinq minutes.

Par Gabriel Chocron, Aurora

Il est difficile de se représenter un nombre aussi terrible. Mais s’il y a une chose qu’il est important de comprendre, c’est que chaque roquette tirée par des terroristes de Gaza est une tentative de tuer des civils israéliens. C’est ainsi qu’elle mérite d’être jugé. Aussi simple que cela.

Malgré le fait que le matin même, a été rapporté que le système défensif israélien Dôme de Fer avait eu une efficacité de plus de 90% dans l’interception de roquettes dirigées contre des zones peuplées, dans l’après-midi plusieurs roquettes ont directement touché des bâtiments résidentiels et deux civils israéliens (six depuis) ont déjà été tué par les roquettes.

En Israël, le sentiment est que cette escalade de la violence ne fait que commencer et qu’Israël répondra fermement aux attaques des mouvements terroristes de Gaza.

Comme l’a déclaré le Premier ministre Netanyahou hier soir, le Hamas a franchi une ligne rouge en tirant sept roquettes sur la capitale israélienne au cours des célébrations de la Journée de Jérusalem. Les mouvements terroristes qui ont appelé pendant plusieurs jours les palestiniens à «défendre al-Qods (Jérusalem en arabe)» sont ceux qui n’ont eu aucun problème à tirer des roquettes vers cette même ville.

La récente escalade survient après plusieurs jours de grandes tensions dans la capitale israélienne qui résultaient de l’incitation constante du mouvement terroriste Hamas et de l’Autorité palestinienne.

Depuis la semaine dernière, des groupes palestiniens violents ont transformé le mont du Temple en champ de bataille, utilisant même la mosquée al-Aqsa pour stocker des pierres et des feux d’artifice visant à attaquer les israéliens.

L’incitation constante est illustrée par les déclarations du chef du Hamas Fathi Hamad, diffusées le 7 mai sur la télévision palestinienne al-Aqsa, appelant à « couper la tête des juifs avec des couteaux« .

De son côté, le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a utilisé Israël comme bouc émissaire pour justifier les troubles populaires dans les rues palestiniennes après avoir lui-même annulé les élections palestiniennes qui devaient se tenir ce mois-ci. (Il est important de noter qu’Abbas en est maintenant à la 17e année de son mandat à la tête de l’Autorité palestinienne, où il avait été élu pour seulement 4 ans.)

Malheureusement, une fois de plus, les factions terroristes palestiniennes et les dirigeants de l’Autorité palestinienne utilisent des civils palestiniens comme chair à canon dans leurs attaques contre Israël.

Outre le fait qu’une grande partie des roquettes tirées l’ont été depuis des zones peuplées de civils à Gaza, mettant ainsi les habitants en danger direct, l’armée israélienne a rapporté aujourd’hui qu’environ une roquette sur trois tirée par les mouvements terroristes était tombée dans la zone. et, dans certains cas, avait blessé des civils palestiniens. Un double crime de guerre: ils attaquent des civils israéliens tout en mettant leurs propres civils en danger.

Les terroristes du Hamas montrent, à maintes reprises, que le bien-être de leur population ne fait pas partie de leurs priorités. En outre, il cherche activement à faire mourir sa population civile dans ces escalades de violence afin de justifier son terrorisme.

Face aux attaques terroristes incessantes, Israël a répondu durement par des frappes ciblées contre des cibles terroristes à Gaza, ayant notamment visé plusieurs hauts responsables du Hamas et du Jihad islamique palestinien, dont le commandant de la division responsable des tirs de roquettes.

Parmi les cibles atteintes figurent également un centre de renseignement du Hamas, deux tunnels souterrains avec lesquels ils ont tenté de pénétrer en Israël pour mener des attaques terroristes et ont même attaqué la résidence d’un commandant du mouvement terroriste.

Dans le même temps, sur les réseaux sociaux et les médias, une autre bataille fait rage: celle de la désinformation.

Comme lors d’occasions précédentes, une grande partie de la presse internationale se concentre sur les représailles israéliennes à Gaza et «oublie» de mentionner le contexte des événements, par exemple les 250 roquettes tirées depuis Gaza. De la même manière que la presse a « oublié » la semaine dernière de mentionner Yehuda Guetta, un Israélien de 19 ans qui a été tué par balle en attendant un bus, tout en consacrant de nombreux titres aux groupes violents qui « défendaient » la mosquée . d’Al-Aqsa avec des pierres et des feux d’artifice.

Pratiquement personne n’a posé la simple question de savoir comment, depuis Gaza, ils se plaignent depuis des mois du manque de budget pour acheter des vaccins anti-Covid, mais ils ont les moyens nécessaires pour lancer des centaines de roquettes sur Israël, y compris de nouvelles roquettes à longue portée.

Pour soutenir Israël:

https://unitedwithisrael.org/fr/sous-les-feux-du-terrorisme-israel-a-besoin-de-vous/