(Yonatan Sindel/Flash90)

Ces 13 points sont cruciaux pour toute personne engagée dans la diplomatie publique pro-israélienne, connue en hébreu sous le nom de “Hasbara”.

Par: Yisrael Medad / JNS

La diplomatie publique pro-israélienne, ou hasbara, a récemment fait l’objet de plusieurs attaques visant à mettre en évidence son incapacité à gérer correctement la position médiocre d’Israël auprès de plusieurs publics cibles. (…)

Un sympathique Andrew Silow-Carroll demande: “Si Israël a de si mauvaises relations publiques, pourquoi reste-t-il si populaire?”, A quoi le désagréable anti-sioniste Philip Weiss répond: “la Hasbara est morte”. », Et Irina Tsukerman pense que« la Hasbara d’Israël est en réalité extrêmement réussie ». Le problème est qu’elle échoue à répartir le travail de manière efficace.

Parmi les autres faiblesses signalées, citons le manque d’investissements financiers essentiels, le parti pris des médias enracinés, le grand nombre d’États et d’organisations arabes impliqués, ainsi que le mensonge, la fabrication et la fausse représentation de ce qui s’est passé, que ce soit à Gaza, en Judée et Samarie ou à Jérusalem. Il y a ceux qui n’acceptent pas le droit d’Israël à exister dans n’importe quelle configuration territoriale ou ne veulent pas voir le sionisme comme autre chose qu’une idéologie raciste et colonialiste. Beaucoup d’autres ont très peu de connaissances ou sont incapables de lire et de comprendre correctement les éléments des arguments présentés. Et il y a les antisémites qui n’aimaient pas les juifs dans les ghettos ou leurs quartiers – ni même dans leur propre pays, d’ailleurs.

Bien que ces préoccupations aient un impact significatif sur les problèmes de communication publique d’Israël, l’essentiel est que l’administration d’Israël reste trop hésitante pour affronter ses détracteurs et trop timide pour faire valoir la juste cause d’Israël, car cela impliquerait d’affirmer les auditoires grincent des dents ou sont consternés.

Points essentiels de Hasbara

Voici une courte liste des thèmes et des préoccupations qui constituent l’essentiel de l’activité de l’activité hasbara et des arguments et des faits sur le sujet:

1. Il n’y a jamais eu de Palestine arabe. Tout simplement, cela n’a jamais existé de toute l’Histoire. En revanche, selon la décision du mandat de la Société des Nations de 1922, le foyer national historique juif doit être «reconstitué», ayand d’abord existé en tant que fédération tribale, puis en tant que première monarchie et Commonwealth du second Temple.

2. Presque jusqu’aux années 1930, la principale revendication des Arabes de Palestine était que le territoire de Palestine soit associé au mandat de la Syrie française et du Liban, car ils considéraient la région comme relevant du sud de la Syrie.

3. Aucune nation arabe palestinienne n’a jamais existé. Ils se considéraient comme des Syriens du Sud (voir # 2 ci-dessus). Toute tentative de prétendre, par exemple, que Jésus était un Palestinien ou que la population palestinienne arabe d’aujourd’hui est un ancien groupe de résidents de cette région, est incorrecte.

4.Le conflit arabe avec Israël et le sionisme a toujours porté et continue de porter non pas sur le territoire ou les frontières, mais plutôt sur le droit d’Israël à exister.

5. Israël n’est pas un projet colonialiste. Les juifs sont la population indigène. Les Arabes eux-mêmes sont les véritables colonialistes et les impérialistes, venus de la péninsule arabique au premier tiers du VIIe siècle, ils ont conquis et occupé la patrie juive dont le nom a été changé de Judée en “nouvelle province de Palestine.” Toute revendication arabe à être” Cananéen “ou” Jébusien “est un mythe sans fondement.

6. La décision du mandat britannique, appuyée à l’unanimité par plus de 50 pays, reconnaît le droit juif à la “colonisation proche” sur toutes les terres situées à l’ouest du Jourdain. Les droits de peuplement juifs sur les terres situées à l’est de la rivière avaient été temporairement reportées mais jamais proscrites.

7. L’implantation juive sur la terre juive historique ne peut jamais être «illégale». En réalité, l’activité de rajeunissement d’une présence juive sur tout le territoire devrait être qualifiée de «réinstallation».

8. S’il doit jamais y avoir une “solution à deux Etats“, il ne peut y avoir deux Etats arabes dans la région de l’ancienne Palestine sans juifs et un autre qui serait juif mais aussi peuplé par d’Arabes. Une répartition équitable de la population est justifiée.

9. Une campagne de nettoyage ethnique menée à travers des opérations terroristes violentes, notamment des meurtres, des pillages et des destructions de maisons, de biens et de champs, a été accomplie par les Arabes entre 1920 et 1948. Quelque 20 000 Juifs ont été expulsés de chez eux à Hébron, à Jérusalem et dans les environs, notamment à Gaza, Naplouse / Sichem, Jénine, Jéricho, Tul Karem, Gush Etzion et d’autres sites.

10. Les Arabes ont toujours rejeté tout accord diplomatique ou politique, ainsi que tout compromis, y compris le retrait de la Transjordanie du mandat du foyer national juif, une assemblée législative arabe, plusieurs plans de partage en 1937-1939, le Livre blanc de 1939. Ils ont renoncé à l’intention initiale du mandat qui daignait établir non pas un foyer national juif, mais un “État palestinien”, ainsi qu’au plan de partage des Nations Unies de 1947. Par la suite, ils ont refusé l’offre d’Israël de rendre tous les territoires sauf Jérusalem lors de la tristement célèbre Conférence des Trois Nobles de 1967 à Khartoum, le Plan Fonctionnel de Dayan, le Plan Allon, le Plan Begin Autonomy, l’offre Camp David II de 2000-01, les offres Olmert / Livni, le moratoire de construction Netanyahu de 2009-10, et plus encore.

11. L’Autorité Palestinienne est une dictature non démocratique dirigée par divers chefs de guerre terroristes en compétition. Les droits politiques, humains et civils de ses résidents arabes sont pratiquement inexistants. Elle encourage le terrorisme et l’intransigeance, n’encourage pas la paix ni la coexistence avec les juifs et Israël, tandis que les préjugés anti-juifs, promus par la religion, sont enracinés dans les systèmes éducatifs les plus bas.

12. L’Autorité Palestinienne a adopté une politique de «pay to slay» qui incite sa population à assassiner les juifs afin que leurs familles puissent percevoir de l’argent.

13. Si un accord de paix doit être envisagé, il ne peut être obtenu qu’après une longue paix entre l’OLP / Fatah et le Hamas sur plusieurs années et après un processus de déprogrammation du terrorisme et du contenu éducatif anti-juif des écoles. (…)

Cette liste n’est pas exhaustive, mais comprend les éléments nécessaires à la défense d’Israël et à la possibilité d’une relation future avec les ennemis d’Israël et du sionisme, fondés sur la coexistence et la paix.

Yisrael Medad est un journaliste et auteur israélien d’origine américaine.