Ethiopian elder celebrating Sig'd in Jerusalem. Photo:האגודה הישראלית למען יהודי אתיופיה Ethiopian elder celebrating Sig'd in Jerusalem. Photo:האגודה הישראלית למען יהודי אתיופיה

Related:

« Nous voyons cela comme un idéal sioniste central pour rendre les retrouvailles possibles », a déclaré l’activiste Yael Eckstein.

Par JNS

L’arrivée d’un avion de ligne d’Ethiopian Airways à l’aéroport international Ben Gourion d’Israël plus tôt cette semaine a ouvert la voie à une réunion émouvante entre les membres de la famille, dont certains n’avaient pas vu leurs proches depuis deux décennies.

L’opération, dirigée par la ministre israélienne de l’Intégration des immigrés Pnina Tamano-Shata, est conçue pour aider la communauté juive restante vivant dans les camps de réfugiés de Gondar et d’Addis-Abeba à rentrer en Israël. Jusqu’à présent, plus de 5 000 personnes qui ont des parents au premier degré vivant déjà en Israël ont émigré ou doivent émigrer dans un proche avenir.

Le vol était composé de 150 personnes et a été rendu possible grâce à une initiative conjointe de l’International Fellowship of Christians and Jews (IFCJ) ; du Ministère israélien de l’Alyah et de l’Intégration ; et de l’Agence juive pour Israël dans le cadre de l’« Opération Tzur Israël » (« Rocher d’Israël »).

Escortant le groupe en Israël, Yael Eckstein, présidente de l’IFCJ, a déclaré qu’aider à ramener les derniers vestiges de la communauté juive éthiopienne en Israël constituait un élément central de leur mandat.

« C’est une grande fierté de pouvoir aider des centaines d’autres olim à rentrer chez eux« , a-t-elle déclaré. « La partie la plus puissante de ce vol est de savoir que beaucoup de ces passagers attendent ce moment depuis des décennies, et nous le voyons comme un idéal sioniste central pour pouvoir rendre ces types de réunions possibles. »

Parmi les arrivants se trouvait Astabal, 50 ans, qui a déclaré qu’il n’avait pas vu ses parents depuis 18 ans depuis qu’ils avaient déménagé à Tel-Aviv. Azanu Geremay Melesa n’a pas non plus vu sa mère depuis près de 20 ans. Elle a perdu son fils aîné récemment après sa chute en combattant dans la guerre civile du pays, ce qui a contribué à inciter la famille à prendre la décision de faire le voyage en Israël.

« Quand cette chose horrible m’est arrivée, j’étais très seule« , dit-elle. « Ma mère, avec qui j’étais très proche, n’était pas avec moi, et le fait de ne pas pouvoir partager ma douleur avec elle, cela l’a encore aggravée. Venir en Israël a toujours été notre rêve, et nous croyons que seules de bonnes choses vont nous arriver là-bas. Je crois que nous faisons un excellent choix, et cela ouvre une grande opportunité pour nos enfants« .

Tamano-Shata a déclaré «pouvoir unir des familles séparées par des milliers de kilomètres nous permet de remédier enfin à un échec qui affecte la communauté éthiopienne depuis de nombreuses années. Ces familles attendent ce moment depuis des décennies. »

« Grâce au partenariat entre nos ministères, l’Agence juive et l’IFCJ, nous sommes en mesure d’assister à un autre moment historique de l’histoire d’Israël où nous avons réaffirmé notre engagement à faire tout ce que nous pouvons pour ramener nos frères et sœurs à la maison », a-t-elle ajouté.

Agés de 6 à 50 ans, les nouveaux immigrants vivront d’abord dans cinq centres d’intégration différents à travers le pays, où ils recevront des cours d’hébreu et d’autres formations pour les aider à s’acclimater à la société israélienne et à rejoindre le marché du travail.

« L’Agence juive continuera de diriger les efforts d’alyah de partout dans le monde et pour chaque juif qui souhaite s’installer en Israël », a déclaré le président de l’Organisation sioniste mondiale et Président par intérim de l’Agence juive Yaakov Hagoel. « Nous apprécions profondément le travail de tous les partenaires qui ont rendu cela possible et savons qu’avec chaque nouveau oleh qui rentre chez nous, notre pays devient plus fort.«