Syrian refugees humanitarian Aid Syrian refugees humanitarian Aid

Les dirigeants palestiniens semblent plus préoccupés par le retour du régime d’Assad dans la Ligue arabe que par le retour de dizaines de milliers de palestiniens déplacés dans leurs foyers en Syrie.

Par Khaled Abu Toameh, The Gatestone Institute

Les dirigeants palestiniens ne manquent jamais une occasion de condamner Israël et de l’accuser de commettre des « crimes » contre les palestiniens. Cela s’inscrit dans le contexte de la virulente campagne d’incitation palestinienne en cours contre Israël.

Les dirigeants palestiniens, cependant, restent inconscients des souffrances de leur peuple dans certains pays arabes, en particulier la Syrie, où plus de 4 100 palestiniens ont été tués lors des combats entre l’armée syrienne et l’opposition ou sont morts des suites de la torture, de la famine et négligence médicale au cours de la dernière décennie. Ces dirigeants ont aussi très probablement peur que leurs frères arabes ne les sanctionnent s’ils dénoncent les atrocités commises contre les palestiniens dans les pays arabes.

Les organisations de défense des Droits de l’Homme ont décrit les pratiques et mesures syriennes contre les palestiniens comme une « catastrophe » et des « massacres ». Ils ont souligné que depuis l’éruption de la guerre civile en Syrie en 2011, des dizaines de milliers de palestiniens ont été arrêtés ou déplacés.

Les « crimes » contre les palestiniens en Syrie ne semblent malheureusement pas figurer en tête de liste des priorités de l’Autorité palestinienne (AP). Pire encore, la direction de l’AP tente actuellement de s’attirer les faveurs du Président syrien Bashar Assad, dont les forces de sécurité sont accusées d’avoir tué, blessé, arrêté et déplacé des dizaines de milliers de palestiniens.

La tentative de la direction de l’AP de rétablir ses liens avec le régime d’Assad a suscité des critiques acerbes, généralisées et dures de la part de nombreux palestiniens et syriens. Ils disent qu’ils ne peuvent pas saisir la logique de la réconciliation avec un dirigeant arabe qui a tant de sang palestinien sur les mains.

Plus tôt ce mois-ci, une délégation représentant la faction au pouvoir du Fatah dirigée par le président de l’AP Mahmoud Abbas s’est rendue à Damas, où ses membres ont rencontré le ministre syrien des Affaires étrangères Faisal Mekdad. La délégation, dirigée par le secrétaire général du Fatah, Jibril Rajoub, a remis au ministre une lettre d’Abbas au Président syrien Bashar Assad.

La lettre « affirme la profondeur des relations historiques entre les deux parties et le désir [d’Abbas] de renforcer les relations entre l’État de Palestine et la République arabe de Syrie« .

Rajoub a annoncé plus tard qu’Abbas prévoyait de se rendre bientôt à Damas pour rencontrer Assad. Rajoub aurait également déclaré qu’une décision de suspendre l’adhésion de la Syrie à la Ligue arabe était « honteuse« . La décision a été prise en 2011 par la Ligue arabe en réponse à l’échec de la Syrie à mettre fin à sa répression sanglante et violente contre les manifestants anti-Assad.

Le soutien de Rajoub au rétablissement de l’adhésion de la Syrie à la Ligue arabe et les efforts de la direction de l’AP pour normaliser ses liens avec le régime d’Assad ont suscité de vives critiques de la part de nombreux palestiniens et syriens.

Commentant les déclarations de Rajoub, le caricaturiste syrien Ammar Agha Al-Kala a écrit :

« Ce qui est honteux, c’est que 14 millions [de Syriens et de Palestiniens] aient été déplacés. Ce qui est honteux, c’est que 1,5 million de personnes aient été tuées. »

L’écrivain et journaliste palestino-syrien Suad Qatanani a fait remarquer :

« Mahmoud Abbas rendra visite à celui (Assad) qui a affamé et tué des palestiniens dans le camp de réfugiés de Yarmouk (près de Damas). Demandera-t-il à Assad pourquoi il a détruit les camps palestiniens et déplacé leur peuple ? Demandera-t-il à Assad quels sont ceux qui ont été tués en Syrie Interrogera-t-il Assad sur le sort des palestiniens disparus dans les prisons syriennes ? »

Selon le Groupe d’action pour les Palestiniens de Syrie (AGPS), basé à Londres, un organisme de surveillance des Droits de l’Homme qui surveille la situation des réfugiés palestiniens en Syrie déchirés par la guerre, 1 458 palestiniens de Yarmouk ont ​​été tués depuis 2011, date du bombardement du camp, 208 morts de faim ou de négligence médicale en raison du siège par l’armée syrienne et 215 ont été torturés à mort dans les prisons syriennes. Selon un rapport récent d’AGPS :

« Le camp de Yarmouk est considéré comme l’une des zones les plus touchées en Syrie en raison du siège imposé par l’armée syrienne et ses forces loyales depuis 2013, alors que l’eau et l’électricité ont été complètement coupées pour la population en 2014, et l’entrée de nourriture , les biens médicaux et autres ont également été interdits. »

« Des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité ont été perpétrés contre des civils palestiniens et syriens à Yarmouk, qui est assiégé brutalement par les forces gouvernementales syriennes », a révélé Amnesty International en 2014. Des habitants ont déclaré au groupe de défense des Droits de l’Homme qu’ils n’avaient pas mangé de fruits ou de légumes depuis de nombreux mois, tandis que d’autres ont déclaré avoir eu recours à la consommation de chats et de chiens.

L’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) a souligné qu’avant la guerre civile en Syrie, le camp de Yarmouk abritait près de 160 000 palestiniens. Aujourd’hui, le nombre d’habitants vivant dans le camp est estimé à 3 000. En 2018, on estimait que 60 % du camp avait été détruit par l’armée syrienne et les milices pro-Assad.

Au cours de leur visite en Syrie, les membres de la délégation palestinienne ont assisté à un rassemblement dans le camp de Yarmouk pour marquer le 57e anniversaire du lancement de la première attaque terroriste du Fatah contre Israël.

Commentant la visite, l’avocat et écrivain palestinien-syrien Ayman Abo Hashem a écrit :

« La visite de la délégation du Fatah à Damas et le rassemblement [du Fatah] organisé sur les ruines du camp de Yarmouk sont un coup de poignard dans le dos de toutes les victimes palestiniennes et syriennes dont les maisons ont été détruites et qui ont été tuées, arrêtées et déplacées par le Régime criminel du régime d’Assad. La Palestine refuse d’être associée à des dirigeants qui ferment les yeux sur ses tragédies et ne se soucient que de leurs intérêts. »

La délégation du Fatah qui s’est rendue à Damas a fait l’objet de critiques sévères et d’une condamnation généralisée de la part des palestiniens et des syriens pour avoir ignoré la « tragédie » des palestiniens en Syrie et ne pas l’avoir incluse dans les discussions avec les responsables du gouvernement syrien, a rapporté l’AGPS le 8 janvier, ajoutant :

« Un certain nombre de militants palestiniens ont exprimé leur indignation face à la négligence et à la marginalisation du Fatah et de l’Autorité palestinienne face à la tragédie des palestiniens en Syrie et à leur manque de sens des responsabilités à son égard… Les militants ont déclaré que les dirigeants palestiniens travaillaient pour leurs propres intérêts, oubliant la douleur de leur peuple et faisant preuve d’indifférence à leur souffrance. »

« Grand ressentiment des palestiniens »

Samer, un Palestinien de Yarmouk, a déclaré à l’AGPS :

« Ce mépris total [pour le sort des palestiniens en Syrie] a été accepté avec beaucoup de ressentiment par les palestiniens, qui n’ont plus confiance dans les dirigeants qui les sous-estiment et veulent réaliser leurs propres gains politiques aux dépens de leur peuple. »

Notant que 620 palestiniens étaient morts de la torture dans les prisons et centres de détention syriens depuis 2011, l’AGPS a souligné que les palestiniens de Syrie avaient exhorté l’ambassade palestinienne à Damas des dizaines de fois à intervenir pour libérer les palestiniens détenus par le régime syrien et mettre fin au siège du camp de Yarmouk et les attaques répétées contre les camps palestiniens, notamment les raids aériens et les bombardements au baril. Leurs appels sont restés lettre morte.

L’activiste palestinien Abu Mustafa al-Qaoud a déclaré que les dirigeants palestiniens n’avaient jamais utilisé leurs relations avec le régime syrien pour servir les intérêts des palestiniens en Syrie. « L’Autorité palestinienne n’a pas réussi à obtenir la libération d’un palestinien [détenu en Syrie] ou le retour d’une famille déplacée dans son foyer », s’est plaint al-Qaoud.

Pour l’instant, il semble que la direction palestinienne ignore non seulement les « tragédies » de son peuple en Syrie, mais même les plaintes concernant l’échec des responsables palestiniens à soulever la question auprès du gouvernement syrien.

Les dirigeants palestiniens ne veulent apparemment assumer aucune responsabilité pour leur peuple dans le monde arabe, car cela reviendrait à dépenser de l’argent pour eux et à leur fournir divers services. Les dirigeants palestiniens préféreraient, semble-t-il, garder l’argent pour eux plutôt que d’aider leur propre peuple.

Les dirigeants palestiniens semblent plus préoccupés par le retour du régime d’Assad dans la Ligue arabe que par le retour de dizaines de milliers de palestiniens déplacés dans leurs foyers en Syrie. Ces dirigeants savent qu’il est beaucoup plus facile – et beaucoup plus sûr – de condamner Israël que d’exiger qu’Assad ne cesse de commettre des atrocités contre les palestiniens. Cracher sa haine contre Israël n’a pas de prix. Critiquer un dictateur arabe, en revanche, peut s’avérer coûteux à l’extrême.

Khaled Abu Toameh est un journaliste primé basé à Jérusalem.