The exterior of the Mikdash Yosef synagogue in Buenos Aires. (visavis.com.ar) (visavis.com.ar)
mikdash yosef synagogue buenos aires

“Les Juifs doivent mourir!”: Le rabbin raconte l’attaque antisémite ayant visé les fidèles de la synagogue de Buenos Aires après les offices de vendredi soir.

Par Ben Cohen, The Algemeiner.

Le rabbin de la synagogue de Buenos Aires, attaquée à coups de pierres et de vitres brisées après l’office vendred soir dernier, a appelé les autorités à assurer la sécurité des institutions juives du pays.
“Nous espérons que davantage de mesures de sécurité seront prises, que la police sera mise en place afin que ces attaques ne se produisent plus”, a déclaré lundi à la presse argentine le rabbin Uriel Husni de la synagogue Mikdash Yosef. dans le quartier de Palermo à Buenos Aires.

Clarin.Husni, qui a été légèrement blessé après avoir combattu l’un des deux assaillants, a fourni un témoignage sur l’attaque.
Entre 10 et 15 fidèles étaient en train de discuter sur le trottoir devant la synagogue après les prières du vendredi soir lorsqu’un homme et une femme ont commencé à les couvrir de violences antisémites, a-t-il déclaré.
Ils étaient tous deux âgés d’à peine 20 ans, selon Rabbi Husni, et la femme était fortement alcoolisée. Le rabbin a ajouté que, au moment où les insultes ont commencé, “c’était déjà une attaque antisémite“.

Alors que la femme a commencé à crier: “Les juifs doivent mourir! Tuez les juifs! », l’homme qui l’accompagnait jetait des pierres et des éclats de verre d’une bouteille brisée aux fidèles assommés de la synagogue. Husni a ensuite confronté l’homme, et a ainsi été victime d’ecchymoses au pied et à la main alors qu’il tentait de le maîtriser, avant que la police n’arrive et n’arrête le couple.
“Je n’avais jamais pensé qu’un tel événement pourrait se produire”, a déclaré Husni. “J’étais terrifié. Heureusement, avec l’équipe de sécurité de la synagogue, nous avons pu arrêter ces personnes. ».

Dans une déclaration condamnant l’attaque, deux dirigeants de DAIA – l’organe communal représentant les juifs argentins – ont fait valoir que la pauvreté croissante en Argentine permettait la propagation des comportements antisémites.
“La situation de pauvreté dans notre République provoque, dans certains secteurs du groupe social marginalisé, l’invocation d’anciens préjugés installés dans la société”, ont déclaré dans un communiqué le président de DAIA, Jorge Knoblovits, et son secrétaire général, Alejandro Zuchowichi. Knoblovits a été consterné par la description de l’épisode dans les interviews avec les médias comme «non pas une attaque antisémite» mais plutôt «un acte de hooliganisme au contenu antisémite».

Dans un éditorial portant sur l’incident de Mikdash Yosef, le site juif argentin Vis-a -Vis a demandé en guise de réponse: «Si deux personnes, ivres ou non, attaquent une synagogue, crient contre les juifs et blessent un rabbin, n’est-ce pas une attaque antisémite?»