Jihadis that murdered 14 people in Kenya. (Twitter) Twitter
Jihadis that murdered 14 people in Kenya. (Twitter)

Le Kenya a annoncé que tous les assaillants avaient été tués lors d’une attaque dans un hôtel qui a coûté la vie à 14 personnes, parmi lesquelles un juif américain qui avait survécu à l’attaque terroriste du 11 septembre 2001 à New York.

Par: Associated Press et l’équipe d’Unis avec Israël

L’intégralité des hommes armés ayant perpétré un attentat meurtrier contre un hôtel de luxe et un complexe commercial à Nairobi ont été tués, a déclaré mercredi le Président kenyan, déclarant la fin du siège impitoyable durant la nuit qui avait mis en évidence la capacité des terroristes d’al-Shabab à frapper malgré les revers de l’armée.

Peu de temps après l’attaque, le groupe terroriste a imputé cette attaque à la décision du Président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël.

«Les Moudjahidines ont mené cette opération… en réponse aux propos sans scrupule du Président américain Donald Trump et à sa déclaration reconnaissant Al-Quds [Jérusalem] comme capitale d’Israël», a annoncé un communiqué publié par le groupe, a rapporté Reuters. .

Quatorze innoncents ont perdu la vie au cours de l’attentat de mardi, a déclaré le Président Uhuru Kenyatta lors d’un discours télévisé adressé à la nation.

« Nous rechercherons toutes les personnes impliquées dans le financement, la planification et l’exécution de cet acte odieux« , a promis Kenyatta en annonçant la fin de l’opération des forces de sécurité visant à reprendre le complexe DusitD2.

La plupart des victimes seraient originaires d Kenya, mais un américain et un britannique figurent également parmi les victimes.

Basée à San Francisco, le groupe I-DEV International a confirmé l’identité de la victime américaine, Jason Spindler, cofondateur et Directeur Général de la société. Spindler était un homme d’affaires juif qui avait survécu à l’attentat terroriste du 11 septembre 2001 à New York.

Le père de Spindler, Joseph, a déclaré que son fils travaillait avec des sociétés internationales pour former des partenariats commerciaux avec le Kenya, susceptibles de stimuler les économies locales.

Les images de sécurité permis de constater qu’au moins quatre hommes lourdement armés, revêtant des uniformes militaires, avaient pris part à l’attaque, assaut marqué par des explosions et des tirs nourris. Kenyatta n’a pas précisé le nombre d’assaillants impliqués, mais a affirmé que « tous les terroristes avaient été éliminés« .

Al-Shabab, basé en Somalie et allié à Al-Qaida, a revendiqué cette responsabilité. Le groupe terroriste islamique avait également perpétré l’attaque de 2013 contre le centre commercial Westgate Mall à Nairobi, qui avait alors coûté la vie à 67 personnes, et l’assaut de l’Université Garissa au Kenya en 2015, faisant 147 morts, principalement des étudiants.

Les frappes aériennes américaines et les forces de l’Union africaine ont dégradé la capacité du groupe à opérer, mais il est toujours capable de mener des actes de violence spectaculaires.

Les attentats perpétrés dans la capitale kenyane semblent avoir eu pour objectif d’infliger le plus de dommages possible à l’image de stabilité que tente de refléter le pays pays et à son industrie du tourisme, importante source de revenus.

Le gouvernement a déclaré mardi soir que les bâtiments étaient désormais en sécurité. Les tirs se sont poursuivis mercredi matin et des dizaines de personnes piégées ont été sauvées du jour au lendemain. Mercredi, plusieurs bourdonnements ont été entendus alors que les équipes tentaient d’éliminer tous pièges et autres explosifs du complexe.

L’annonce par Kenyatta de l’achèvement de l’opération de sécurité a eu lieu environ 20 heures après les premiers rapports sur l’attentat.

La Croix-Rouge kényane a déclaré qu’une cinquantaine de personnes étaient toujours portées disparues. Mais il est fort probable que grand nombre d’entre elles ne se trouvaient pas dans le complexe au moment de l’attaque.

Ken Njoroge, PDG d’une société du complexe DustiD2 proposant des services bancaires mobiles, a déclaré qu’il était incapable de localiser plusieurs de ses employés.

« C’est très difficile pour les familles car le temps qui passe ne fait qu’aggraver le problème« , a-t-il déclaré.

Davis, un homme qui n’a fourni que son prénom, a raconté comment il s’était échappé avec des collègues lors de l’attaque en fuyant par un escalier de secours.

« C’est une expérience traumatisante. Ça vous secoue« , a-t-il déclaré. Néanmoins, Davis s’est dit impressionné par la « force intérieure » et la compassion des personnes qui s’entraidaient au milieu du danger.

Ses propres pensées, a t-il dit, ont été les suivantes: « Fais sortir les gens et sors toi aussi. C’est tout. »