Shutterstock Shutterstock

Nommé Miriam’s Well, tiré de l’histoire biblique, l’appareil léger d’Alumor purifie l’eau potable pour quelques centimes seulement.

Par Pessa’h Benson, Unis avec Israël

Certains endroits de la planète disposent d’eau en abondance mais souffrent d’une incapacité à la purifier pour une consommation sûre.

L’eau collectée dans des endroits tels que les ruisseaux, les lacs, les lagunes et les réservoirs peut être contaminée par des bactéries, des matières fécales, de la saleté, des particules métalliques ou des produits chimiques tels que des pesticides.

Les risques sont redoutables. Boire de l’eau non traitée comporte des risques de maladies telles que la diarrhée, la dysenterie, l’hépatite, le choléra, la typhoïde et même la polio. Selon le site Web de l’Organisation mondiale de la santé, au moins 2 milliards de personnes tirent leur eau potable de sources contaminées, ce qui entraîne 485 000 décès chaque année.

Mais Alumor, une startup israélienne basée à Qiryat Tivon près de Haïfa, semble avoir trouvé une solution rentable pour des millions de personnes dans les pays en développement sans accès à l’eau du robinet filtrée.

C’est un appareil appelé Miriam’s Well, du nom d’un rocher que la Bible décrit comme ayant miraculeusement fourni de l’eau aux Hébreux pendant leurs 40 années d’errance dans le désert.

Miriam’s Well est un appareil solaire léger qui utilise une lumière LED ultraviolette pour tuer les parasites et les virus tandis qu’un filtre élimine tout le reste. Le seul entretien nécessaire consiste à rincer le filtre périodiquement. Miriam’s Well peut purifier un litre d’eau en 30 secondes, en utilisant seulement quatre watts d’électricité.

Cela se traduit par un litre d’eau purifiée qui répond aux normes de la National Sanitation Foundation des États-Unis – pour le coût d’un demi-cent.

« C’est vraiment un miracle », a déclaré à No Camels David Waimann, responsable du développement d’Alumor.

Il a ajouté que le système exclut le besoin de systèmes de purification plus grands qui nécessitent un entretien professionnel, des pièces et des sources d’alimentation plus complexes.

La société vise à vendre 250 millions d’appareils au prix coûtant en s’associant à des organisations à but non lucratif déjà présentes dans les pays en développement.

Alumor est actuellement en phase de pré-amorçage et a reçu une subvention de 142 000 $ de l’Autorité israélienne de l’innovation.