Shutterstock Shutterstock

Les patients ayant reçu du TriCor hypolipémiant ont pu arrêter l’oxygénothérapie au bout d’une semaine.

Par TPS

Une étude de l’Université hébraïque a démontré qu’un médicament hypolipidémiant réduisait l’inflammation chez les patients atteints de coronavirus (COVID-19) en 48 heures et supprimait le besoin d’oxygène en cinq à sept jours.

Le virus SARS-CoV-2 a infecté plus de 165 millions de personnes dans le monde, causant près de 3,5 millions de décès. Les récents efforts de vaccination ont été entravés par de multiples variants du coronavirus qui remettent en cause les vaccins existants.

Alors que l’infection produit généralement une maladie bénigne, chez certains patients, elle peut se transformer en un COVID-19 inflammatoire sévère nécessitant une intervention médicale.

Récemment, l’équipe du professeur Yaakov Nahmias de l’Université hébraïque de Jérusalem a signalé que le nouveau coronavirus provoquait une accumulation anormale de lipides, connus pour déclencher une inflammation sévère lors d’un processus appelé lipotoxicité.

L’équipe a identifié le médicament hypolipidémiant TriCor (fénofibrate) comme un antiviral efficace l’année dernière, montrant en laboratoire qu’il réduisait à la fois les dommages causés aux cellules pulmonaires et permettait de bloquer la réplication du virus. Ces résultats ont depuis été confirmés par plusieurs équipes de recherche internationales.

Une étude observationnelle menée dans plusieurs centres cliniques en Israël a été rapportée en octobre dernier pour étayer les résultats originaux. L’équipe a ensuite lancé une étude clinique interventionnelle pour traiter les patients atteints de COVID-19 sévères au centre médical israélien Barzilai avec le soutien des laboratoires Abbott.

Aujourd’hui, l’équipe de l’Université Hébraïque rapporte les résultats prometteurs d’une étude clinique interventionnelle ouverte lancée par un chercheur, dirigée par Nahmias et coordonnée par le professeur Shlomo Maayan, chef de l’unité des maladies infectieuses à Barzilai.

Dans cette étude ouverte, 15 patients COVID-19 hospitalisés sévèrement atteints de pneumonie nécessitant une assistance en oxygène ont été traités. En plus des soins standard, les patients ont reçu 145 mg/jour de TriCor pendant 10 jours et ont été surveillés en continu pour la progression de la maladie et les résultats.

« Les résultats ont été époustouflants », a partagé Nahmias. « Les marqueurs d’inflammation progressive, qui sont la marque de fabrique de la détérioration du COVID-19, ont chuté dans les 48 heures suivant le traitement. De plus, 14 des 15 patients sévères n’ont pas eu besoin d’une assistance en oxygène dans la semaine suivant le traitement, tandis que les archives historiques montrent que la grande majorité des patients sévères traités avec les soins standard nécessitent une longue assistance respiratoire », a-t-il ajouté.

Ces résultats sont prometteurs car TriCor a été approuvé par la FDA en 1975 pour une utilisation à long terme et a un solide dossier de sécurité.

« Il n’y a pas de solution miracle« , a souligné Nahmias, « mais le fénofibrate est bien plus sûr que les autres médicaments proposés à ce jour, et son mécanisme d’action le rend moins susceptible d’être spécifique à un variant« .

« Tous les patients ont pu quitter l’hôpital moins d’une semaine après le début du traitement et ont terminé le traitement de 10 jours à domicile, sans qu’aucun effet indésirable lié au médicament ne soit signalé« , a noté Maayan.

« De plus, moins de patients ont signalé des effets secondaires du COVID-19 lors de leur rendez-vous de suivi de 4 semaines », a-t-il ajouté. « Ces résultats préliminaires offrent la promesse de soulager les fardeaux de santé substantiels subis par les patients qui survivent à la phase aiguë de COVID-19 », a-t-il déclaré.

Les chercheurs ont souligné que même si les résultats étaient extrêmement prometteurs, seules des études randomisées contrôlées par placebo pouvaient servir de base aux décisions cliniques. « Nous sommes entrés dans la deuxième phase de l’étude et recrutons activement des patients », a expliqué Nahmias, notant que deux études de phase 3 sont déjà menées en Amérique du Sud, aux États-Unis et en Israël.