The Israeli flag. (Uri Lenz/Flash90)

La loi israélienne sur la qualité de l’air, introduite il y a dix ans, porte indéniablement ses fruits: les Israéliens ont une vie plus saine, leur Etat étant sur le point d’économiser des milliards.

Par l’équipe d’Unis avec Israël

Israël a considérablement réduit sa pollution atmosphérique industrielle au cours des 10 dernières années, la diminuant de moitié environ par rapport aux niveaux de pollution antérieurs à la promulgation de la loi sur l’assainissement de l’air.

Les entreprises israéliennes ont investi 38 milliards de shekels (10,45 milliards de dollars) dans l’utilisation de la meilleure technologie disponible pour réduire la pollution de l’air, selon le ministère israélien de l’Environnement.

La loi israélienne sur la qualité de l’air a été adoptée en juillet 2008 et est entrée en vigueur en janvier 2011. À l’occasion du 10e anniversaire de son adoption, la contribution de la loi à la qualité de vie et à l’économie israélienne l’emporte largement sur l’investissement , a déclaré le ministère de la Protection de l’environnement (MoEP).

Selon le rapport, l’avantage financier final de la politique s’élèvera à environ 115 milliards de shekels.

Dans l’ensemble, l’étude a révélé que chaque shekel investi dans la mise en œuvre de la loi sur la qualité de l’air se révélait bénéfique aux citoyens et à l’État, en réduisant la pollution et en améliorant la santé publique.

« Sans aucun doute une opération gagnant-gagnant »

Le ministre israélien de la Protection de l’environnement, Zeev Elkin, a déclaré que « la loi sur la qualité de l’air est sans aucun doute gagnant-gagnant, et est le couronnement de nos efforts pour protéger le public et l’environnement. En adoptant les principes de la politique environnementale, ces mesures se sont traduites par une réduction significative des émissions de polluants atmosphériques dans les zones urbaines et des émissions des centrales électriques au charbon. « 

La loi sur la qualité de l’air impose des réglementations strictes visant à réduire la pollution provenant de 175 usines et centrales électriques.

Les dispositions de la loi fixent les concentrations maximales d’émissions des polluants atmosphériques les plus courants autorisées: SO2, NOX, PM2 et PM10.5, et divers COVNM tels que le benzène (C6H6).

Les substances chimiques qui sont parmi les principales causes de décès dans le monde et qui mettent en danger la santé des enfants, des personnes âgées, des asthmatiques et de ceux qui s’exercent souvent à l’extérieur sont étroitement surveillées, selon le ministère de l’Environnement.

L’examen constant de la qualité de l’air a montré une diminution de toutes les émissions de polluants primaires. La concentration de polluants a été réduite de 55% à 81% au cours de la dernière décennie, selon le ministère de l’Environnement.

Le directeur général du MoEP, Yisrael Dancziger, a déclaré que «la loi fonctionne, ce qui s’est traduit au niveau de la santé publique – et ce n’est que le début. Le but est d’améliorer la santé des résidents de l’État d’Israël.  »

Au cours des dernières années, Israël est devenu l’un des principaux acteurs des technologies propres et un exportateur mondial de sources d’énergie renouvelables.

Les projets de technologies propres d’Israël sont mondialement connus et comprennent des idées novatrices telles que l’alimentation de bâtiments entiers en utilisant des panneaux solaires, la conversion du vent en électricité, de nouvelles technologies pour l’eau propre et de nombreuses autres inventions qui rendent le monde plus propre et plus écoénergétique .