An Arab Israeli woman casts her vote during the 2009 elections. (Photo: Nati Shohat / Flash90) An Arab Israeli woman casts her vote during the 2009 elections. (Photo: Nati Shohat / Flash90)

Une nouvelle étude a révélé qu’il y a davantage d’arabes de Jérusalem qui veulent la citoyenneté israélienne que ceux qui préfèrent le régime palestinien.

Par TPS

La majorité des arabes de Jérusalem préféreraient devenir des citoyens israéliens plutôt que de vivre sous l’Autorité palestinienne, selon un nouveau sondage

Une enquête de juin 2022 auprès des 400 000 arabes vivant à Jérusalem-Est, commandée par le Washington Institute et menée par le Palestine Center for Public Opinion, a révélé que la moitié (48 %) des résidents arabes de la ville déclaraient préférer devenir citoyens d’Israël, plutôt que de vivre dans un État palestinien.

De 2017 au début de 2020, ce chiffre oscillait autour de seulement 20 %. Après un changement drastique d’opinions, seule une minorité (43%) des habitants de Jérusalem-Est déclarent qu’ils choisiraient la Palestine. Seule une petite minorité de 9% opterait pour la citoyenneté jordanienne.

De même, 63 % des arabes de Jérusalem-Est sont au moins « quelque peu » d’accord sur le fait que « ce serait mieux pour nous si nous faisions partie d’Israël, plutôt que sur des terres gouvernées par l’Autorité palestinienne ou le Hamas ».

« Ces résultats frappants représentent un retour aux attitudes pragmatiques de Jérusalem-Est enregistrées pour la dernière fois en 2014. L’humeur plus conciliante actuelle reflète probablement leur expérience récente de l’accès aux soins de santé israéliens, aux prestations sociales, à la capacité de voyager à l’intérieur et à l’extérieur d’Israël et aux emplois. au cours des deux dernières années de problèmes de coronavirus », a expliqué David Pollock, du Washington Institute.

Dans cette étude, 62 % ont convenu que « les palestiniens devraient se concentrer sur des questions pratiques comme l’emploi, les soins de santé, l’éducation et la stabilité au quotidien, et non sur de grands projets politiques ou des options de résistance ».

Le même nombre a également convenu qu' »en ce moment, les palestiniens doivent accorder beaucoup plus d’attention à la lutte contre les tendances islamiques extrémistes dans notre propre société« . Une solide majorité de 65 % déclare « le conflit palestino-israélien concerne principalement les politiciens ou les personnes âgées, et je n’y pense pas beaucoup ».

Soixante et un pour cent ne sont pas d’accord avec le fait que « les palestiniens devraient passer à une nouvelle Intifada« , et plus encore, 68%, disent que les attaques contre des civils israéliens, y compris des colons, sont « mauvaises« .

Environ la moitié des arabes de Jérusalem-Est a exprimé l’espoir qu' »un jour nous pourrons être amis avec des israéliens puisque nous sommes tous des êtres humains après tout« .

L’analyse était basée sur une enquête en face à face, menée du 6 au 21 juin, sur un échantillon aléatoire de 300 adultes arabes. La marge d’erreur statistique est de 6 %, le niveau de confiance de 95 %.