Shutterstock Shutterstock

Le trafic de passagers à l’aéroport Ben Gourion dépendra de sa capacité à effectuer des tests de diagnostic du COVID-19 et à maintenir la distance sociale.

Source: Aurora

Le Gouvernement israélien a approuvé de nouvelles réglementations relatives au fonctionnement de l’aéroport international Ben Gourion, après que la Cour suprême de justice a jugé que la limite imposée au nombre d’israéliens autorisés à rentrer dans le pays était inconstitutionnelle.

Mercredi dernier, la Cour a jugé que la décision précédente du gouvernement de limiter l’arrivée d’Israël à 3000 passagers par jour violait le droit fondamental des citoyens d’entrer dans leur pays d’origine, une infraction d’autant plus grave au regard élections nationales prévues le 23 mars.

En vertu des nouvelles directives gouvernementales, qui dureront jusqu’au 28 mars, le trafic de passagers sera déterminé exclusivement par la capacité de l’aéroport à tester les passagers au coronavirus, tout en respectant les normes de distance sociale de deux mètres.

La température des voyageurs ne sera plus mesurée. Cependant, les passagers de retour devraient subir un test de diagnostic du coronavirus avant de prendre le vol et un autre à leur arrivée en Israël.

Le Cabinet a également voté la dissolution de la controversée Commission des exceptions qui décidait de qui pouvait retourner ou non en Israël.

Dans une déclaration à ses délégations à l’étranger, le ministère des Affaires Etrangères a estimé que l’exploitation de l’aéroport dans les nouvelles conditions pourrait permettre un maximum de 4 000 entrées et 4 000 départs par jour.

L’ouverture du poste-frontière de Taba entre l’Égypte et Israël a également été approuvée, avant la fête de la Pâque, qui commence samedi soir.

Le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, a déclaré que la décision de la Cour était « irresponsable et contraire à l’intérêt public ». Dans le même ordre d’idées, le Premier ministre Benjamin Netanyahou a déclaré que la décision de la Haute Cour était « erronée car il existe un risque d’introduction de mutations [du coronavirus] en Israël« .