A researcher at the Technion Israel Institute of Technology in Haifa (Hadas Parush/Flash90) Hadas Parush/Flash90
A researcher at the Technion Israel Institute of Technology in Haifa (Hadas Parush/Flash90)

Des scientifiques de l’Université de Tel Aviv ont déclaré avoir réalisé des progrès significatifs dans le développement d’un “nano-vaccin” contre le mélanome.

Source: Aurora

Le mélanome est le type de cancer de la peau le plus grave. Il se forme dans les cellules qui produisent la mélanine, le pigment qui donne sa couleur à la peau.

Les chercheurs ont déjà effectué des tests réussis sur des souris et le nano-vaccin s’est révélé efficace pour prévenir le développement du mélanome ainsi que pour le traitement des tumeurs primitives et des métastases résultant de la maladie.

La recherche, publiée lundi dans la prestigieuse revue Nature Technology, porte sur l’utilisation d’une nanoparticule à la base de ce nouveau vaccin.

La lutte contre le cancer en général, et le mélanome en particulier, a progressé au fil des ans avec diverses modalités de traitement telles que les chirurgies, la chimiothérapie, la radiothérapie et l’immunothérapie, mais l’utilisation de vaccins, qui a fait la preuve de son efficacité contre plusieurs maladies virales, ne s’est pas encore matérialisée contre le cancer “, explique le professeur Ronit Satchi-Fainaro, directrice du département de physiologie et de pharmacologie et responsable du laboratoire de recherche sur le cancer et la nanomédecine de l’Université de Tel Aviv.

Selon les recherches, les scientifiques ont réussi à tirer parti de petites particules d’environ 170 nanomètres d’un polymère biodégradable qui rejoignait ensuite deux peptides exprimés dans des cellules de mélanome. Ces nanoparticules ont été injectées dans les souris porteuses du mélanome.

“Ces nanoparticules ont agi de manière similaire aux vaccins connus contre les maladies virales. Elles ont stimulé le système immunitaire des souris et les cellules immunitaires ont appris à identifier et à attaquer les cellules contenant les deux peptides, à savoir les cellules de mélanome. Cela signifie à partir de ce moment, le système immunitaire de ces souris attaquera les cellules de mélanome si elles apparaissent dans le corps “, explique Satchi-Fainaro.

“Nous pensons que notre plateforme pourrait également être utilisable pour d’autres types de cancer et que nos travaux constituent une base solide pour développer d’autres nano-vaccins contre le cancer”, a-t-elle ajouté.

Selon le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), l’incidence du mélanome a doublé au cours des trois dernières décennies aux États-Unis et chaque heure du jour, une personne meurt du mélanome.

Selon la fondation pour le cancer de la peau, on estime que cette année environ 190 000 cas de mélanome seront diagnostiqués aux États-Unis.