Avi Yavetz, left, received a vein from his son Snir, right, at Hadassah University Medical Center, Jerusalem. (Courtesy) (Courtesy)
Vein transplant

L’opération de greffe de veine a déjà été pratiquée auparavant, mais uniquement à partir d’un cadavre. Le don réalisé dans un hôpital israélien par une personne en vieest le premier du genre.

Par Brian Blum, ISRAEL21c

Vous avez entendu parler de greffes du cœur, de greffes de rein et de greffe de moelle osseuse. Aujourd’hui, les médecins du centre médical de l’Université Hadassah à Jérusalem ont ajouté un nouveau type: la greffe de veine.
Et cela a sauvé la vie d’un Israélien de 60 ans, Avi Yavetz.

Yavetz souffre d’une maladie vasculaire périphérique (PVD), un trouble de la circulation sanguine qui provoque un rétrécissement et un blocage des vaisseaux sanguins à l’extérieur du cœur. Dans l’une de ses jambes, les veines et les artères étaient obstruées et le sang ne circulait pas. L’amputation était presque inévitable – un événement malheureusement trop fréquent chez les patients atteints de PVD.
Yavetz disposait d’une artère et des veines dans la jambe aptes à rétablir le flux sanguin. Mais il lui manquait une veine assez grande pour relier l’artère aux plus petites veines; en raison des interventions chirurgicales antérieures sur son PVD, aucune de ses veines n’était en assez bon état.

Et si un membre de sa famille était en mesure de réaliser un don de veine? C’était là la « folle idée » du professeur Ron Carmeli, responsable de la chirurgie vasculaire à Hadassah.
Quatre des enfants de Yavetz ont rapidement proposé de fournir une veine à leur père. Carmeli a ensuite retiré une longue veine allant de l’arête de Snir Yavetz, âgée de 27 ans, avant de l’implanter chirurgicalement dans Yavetz. Une greffe de veine avait déjà été pratiquée auparavant, mais uniquement à partir d’un cadavre.
« Un don par personne vivante – et d’un autre membre de la famille dans notre cas – est le premier du genre », a déclaré Carmeli. Deux semaines plus tard, la veine fonctionnait et la jambe de Yavetz « était à l’abri de l’amputation« , a déclaré Carmeli.

Yavetz n’est cependant pas tout à fait sorti d’affaire. «Le traitement de ce patient est identique à celui de chaque patient transplanté, à l’instar de celui qui a subi une transplantation du foie et du rein», souligne Carmeli. Yavetz devra prendre des médicaments pour empêcher le rejet du nouvel organe et faire l’objet d’une surveillance étroite. Mais si les résultats restent bons, Carmeli est optimiste. « Je suis sûr que cette avancée en sauvera beaucoup d’autres à l’avenir.«