La réponse militaire décisive de Tsahal à la violation par l’Iran de la souveraineté israélienne, survenue au cours du week-end, devrait contraindre le régime de Téhéran à réfléchir à deux fois avant de provoquer toute escalade du conflit, selon un analyste militaire israélien de premier plan.

Traduit de l’article de: Ben Cohen, The Algemeiner

Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a affirmé samedi qu’Israël « se défendrait contre toute agression et toute tentative de violation de sa souveraineté » ,au cours de conversations téléphoniques avec le Président russe Vladimir Poutine et le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson, suite au bombardement de positions iraniennes en Syrie par Tsahal samedi soir.

L’échange de tirs – l’attaque la plus importante contre les défenses aériennes syriennes depuis la guerre du Liban de 1982, selon le commandant de l’Etat-Major de l’armée de l’air israélienne, le Commandant brigadier général Tomer Bar, a été provoqué par l’infiltration d’un drone iranien dans l’espace aérien israélien au-dessus de la ville de Beit Shean, très tôt samedi matin. L’Iran a «violé notre souveraineté et infiltré son drone dans l’espace aérien israélien depuis la Syrie», a déclaré Netanyahou.

Le drone avait été aperçu en train de décoller d’une base syrienne, et a été intercepté après avoir traversé le territoire israélien, d’après le porte-parole de Tsahal, le Lieutenant-colonel Jonathan Conricus. L’armée israélienne a par la suite publié des images de ce qui correspondait selon elle à la destruction du véhicule de contrôle du drone en Syrie.

Les avions israéliens ont répondu à l’incursion par deux puissantes vagues de tirs contre les positions iraniennes en Syrie. Un jet israélien F-16 a été abattu lors de la première vague de frappes, et son épave a atterri dans le nord d’Israël. Les deux pilotes se sont éjectés, bien que l’un d’entre eux ait été grièvement blessé.

La réponse militaire décisive d’Israël devrait pousser le régime de Téhéran à réfléchir à nouveau avant de provoquer toute escalade du conflit, a observé un analyste militaire israélien de premier plan.

C’était une sérieuse riposte d’Israël“, a déclaré le  Maj-Gen. (à la retraite) Amos Yadlin – ancien chef des services de renseignements de Tsahal et actuellement directeur exécutif de l’Institut d’études de sécurité nationale (INSS) à Tel Aviv – lors d’une conférence téléphonique organisée par The Israel Project. C’est pourquoi l’événement a été contenu et non envenimé.

Yadlin a noté que deux sites de missiles SAM faisaient partie des cibles multiples frappées par les avions israéliens lors des raids de samedi. En conséquence, la capitale syrienne Damas a été laissée sans défense aérienne sérieuse, a-t-il dit.

Moscou exhorte ‘toutes les parties à faire preuve de retenue’

Dans un communiqué, le ministère russe des Affaires étrangères a exhorté “toutes les parties à faire preuve de retenue et à éviter toute action susceptible de compliquer davantage la situation”. Quant au Pentagone, il a exprimé par voie de déclaration le soutien américain au “Droit inhérent à Israël de se défendre contre les menaces pesant sur son territoire et ses habitants.

M. Yadlin a fait remarquer que, même si une escalade immédiate était peu probable, les événements de samedi avaient démontré le fragile équilibre sécuritaire dans la région provoqué par l’intervention de l’Iran dans la guerre civile syrienne au nom du régime du président Bachar al-Assad. Il existe une chance beaucoup plus grande d’une collision stratégique entre la détermination de l’Iran à construire une force en Syrie et la détermination d’Israël à ne pas les laisser”, a-t-il dit.

Depuis 2015, l’Iran a déployé des milliers de ses propres troupes en Syrie aux côtés des combattants chiites de groupes terroristes par intérim tels que le Hezbollah au Liban et l’Irak Hashd al-Shaabi. Au delà du renforcement d’Assad, l’objectif principal de l’Iran est de sécuriser un corridor terrestre entre la frontière iranienne et la côte méditerranéenne qui s’étend à travers l’Irak, la Syrie et le Liban. Les violents combats de ces derniers jours dans la province d’Idlib, au nord de la Syrie, ont également menacé de mettre l’Iran en conflit avec la Turquie, qui mène actuellement une campagne militaire brutale contre les combattants kurdes en Syrie.

“Les Américains sont toujours en Syrie”

M. Yadlin a déclaré que la Russie – le principal pouvoir extérieur en Syrie qui a soutenu Assad avec l’Iran – n’avait aucun intérêt à une escalade des hostilités. Contrairement à la croyance populaire, les Américains sont toujours en Syrie et les Russes n’y exercent pas de pouvoir illimité“, a déclaré Yadlin. Un conflit entre l’Iran, le Hezbollah, la Syrie et Israël n’est pas du tout dans l’intérêt de la Russie”.

Le Hezbollah a déclaré dans un communiqué que les développements de samedi “signifient que les vieilles équations ont été catégoriquement terminées“. Pour sa part, l’Iran a qualifié les affirmations israéliennes d’une incursion de drone de “ridicules”.

Le régime sioniste illégitime ne peut dissimuler ses atrocités et crimes contre les nations musulmanes dans la région en jouant un jeu de reproches et en répandant des mensonges“, a déclaré samedi le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Qassemi.