The Israeli flag. (Uri Lenz/Flash90) (Uri Lenz/Flash90)

La construction de dizaines de logements représente la première grande construction du secteur « H2 » en 21 ans.

Par Josh Hasten, JNS.org

La construction de 31 nouveaux logements pour les résidents juifs de la ville d’Hébron a commencé, ce qui représente le premier nouveau bâtiment majeur dans la section « H2 » de cette ville au cours des 21 dernières années.

H2 est sous administration militaire israélienne et comprend à la fois des quartiers juifs et arabes ; il abrite également le site religieux du Tombeau des Patriarches (Grotte de Macpéla) sacré pour les juifs et les musulmans. Les juifs ne sont pas autorisés à se déplacer dans les quartiers juifs de H2, sauf lors d’occasions spéciales.

La section H1 d’Hébron comprend 80 pour cent de la ville, est exclusivement réservée aux arabes et est contrôlée par l’Autorité palestinienne conformément au protocole d’Hébron de 1997 signé par Israël et l’Autorité palestinienne.

La nouvelle construction est située dans le quartier « Hezekiah Quarter » également connu sous le nom de « Nahalat Chabad ». Le projet prévu comprend également plusieurs jardins d’enfants, des parcs publics et un dortoir.

La région porte le nom du rabbin Chaim Hezekiah Medini, qui a été le grand rabbin sépharade d’Hébron, et était un érudit de la Torah de renommée mondiale et respecté qui a vécu à la fin du 19e et au début du 20e siècle. Il a été enterré dans l’ancien cimetière d’Hébron à son décès en 1904.

Le Conseil supérieur de planification de l’administration civile a annoncé pour la première fois l’approbation préliminaire du plan en 2017, le cabinet du gouvernement israélien a donné son approbation finale l’année suivante, allouant un budget pour déplacer et rénover un poste militaire qui se trouvait sur le site pour le 30 dernières années. Le financement réel du projet résidentiel sera assuré par la communauté juive d’Hébron et les nouveaux résidents qui achètent les appartements.

Selon Yishai Fleisher, le porte-parole international de la communauté juive d’Hébron, le projet a été retardé devant les tribunaux en raison de requêtes déposées par des arabes dans la municipalité locale d’Hébron, avec l’organisation israélienne de gauche Shalom Ahshav, contre les permis de construire. Il y a quelques semaines à peine, ces requêtes ont été rejetées par un tribunal de district israélien, et les travaux ont donc été autorisés à commencer.

En ce qui concerne le début du nouveau bâtiment, Fleisher a déclaré à JNS : « Nous nous lançons dans le développement de quelques bâtiments juifs sur des terrains achetés par la communauté en 1870 et contigus à d’autres propriétés juives. Nous avons de nombreux collègues et alliés arabes dans la ville, et ils sont heureux de notre croissance. En termes simples, il n’y a rien de plus organique que les juifs vivant au cœur de la Judée, dans la ville de nos ancêtres. »

Le bâtiment Beit Romano a été construit en 1879 par le riche marchand turc Haim Yisrael Romano. Il symbolisait l’implantation de centres en dehors du « ghetto » (le quartier d’Avraham Avinu) et servait de maison d’hôtes. La « synagogue d’Istanbul » a ensuite été établie dans ses locaux.

L’organisation Shalom Ahshav a publié la semaine dernière une déclaration dénonçant le gouvernement pour la nouvelle construction.

« Le gouvernement agit comme un gouvernement d’annexion, pas comme un gouvernement de changement. Depuis les années 1980, aucun gouvernement n’a osé construire une nouvelle colonie au cœur de la plus grande ville palestinienne de Cisjordanie à l’exception d’un bâtiment construit sous les auspices de la seconde Intifada en 2001. Le ministre de la Défense [Benny Gantz] a interrompu la construction, même si le plan a été approuvé par le gouvernement précédent. La colonie d’Hébron est la face hideuse du contrôle israélien des territoires. Le prix moral et politique d’une implantation à Hébron est insupportable », lit-on dans la réponse de Shalom Ahshav.

L’organisation a déclaré qu’elle ferait appel devant la Cour suprême d’Israël dans les prochains jours.

D’autre part, Uri Karzen, directeur général de la communauté juive d’Hébron, a déclaré au JNS « ce projet est la rectification d’une injustice historique à la suite du pogrom contre les juifs d’Hébron en 1929, qui ont été expulsés et ont perdu tout de leur propriété. »

Il a souligné que la parcelle où se déroule la nouvelle construction sur un terrain qui appartient à des Juifs depuis 1876, mais plus tard lorsqu’elle a été reprise par la municipalité arabe, servait de gare routière centrale de la ville.

« Mais désormais », a déclaré Karzen, « elle a été remise entre des mains juives – ses propriétaires légitimes ».