“Ce prix repousse encore davantage la paix et constitue une marque de Caïn sur le front de la République française”, a déclaré le député français Meir Habib.

Par: Eldad Back et l’équipe d’Israel Hayom via JNS

La France a décidé d’attribuer son prestigieux Prix des Droits de l’Homme 2018 au groupe controversé de gardes israéliens B’Tselem et au groupe palestinien Al-Haq, qui soutient le boycott total et l’isolement d’Israël au niveau international, suscitant une large condamnation et un scandale.

Plusieurs membres d’Al-Haq seraient liés au groupe terroriste palestinien, le Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP). B’Tselem, quant à lui, déclare que son objectif est de documenter les méfaits et les crimes commis par les israéliens et de les exposer à l’échelle mondiale. Beaucoup en Israël accusent le groupe d’être anti-Israël et de fabriquer des revendications.

Le prix sera remis à Paris le 10 décembre par la ministre française de la Justice, Nicole Belloubet, et la Présidente de la Commission consultative nationale sur les Droits de l’Homme, Christine Lazerges. La cérémonie est programmée pour coïncider avec la Journée Internationale des Droits de l’Homme.

“Une version pervertie de la réalité”

Meir Habib, député français, a critiqué cette décision.

«Je suis encore une fois surpris par l’obsession de la France pour ce qu’elle définit comme« l’occupation ». Nous, Français, choisissons encore une fois de voir une version pervertie de la réalité. Comment est-il possible d’attribuer un prix des «Droits de l’Homme» à des organisations qui traitent les terroristes comme des combattants de la liberté? », A déclaré Habib.

«Pourquoi n’y a-t-il aucune référence aux Droits de l’Homme des israéliens, qui souffrent d’un terrorisme incessant? Ce prix repousse encore la paix et est une marque de Caïn sur le front de la République française “, a-t-il déclaré.

La ministre israélienne de la Culture, Miri Regev, a déclaré: «Ce n’est pas un prix; Caïn, c’est une activité anti-israélienne qui caractérise officiellement l’activité de B’Tselem. ”

Dans un communiqué publié mercredi, B’Tselem a déclaré que le prix de cette année était “décerné à des organisations harcelées ou soumises à des pressions pour avoir défendu les Droits de l’Homme“.

«À B’Tselem et à Al-Haq, nous partageons les mêmes valeurs et la même réalisation: c’est seulement en mettant un terme à l’occupation que nous pourrons créer un avenir fondé sur les Droits de l’Homme, l’égalité et la liberté», indique le communiqué.