(Shutterstock) (Shutterstock)
Israel brain

Bien que l’émigration d’israéliens issus de l’enseignement supérieur soit bien connue, l’afflux massif d’immigrants hautement qualifiés vers l’État hébreu reste en grande partie ignoré.

Par: l’Ambassadeur (retraité) Yoram Ettinger

1. Selon Adam Reuter, président de «Financial Immunities» et auteur de l’article 2018Israel – Island of Success (Globes Business Daily, 19 déc. 2018): Israël n’est pas affligé par la fuite des cerveaux, mais bénéficie de la conquête de cerveau.

Alors que l’établissement israélien documente la migration nette des israéliens issus de l’enseignement supérieur, il ne documente pas l’afflux massif d’olim (immigrants juifs) issus de cet enseignement supérieur. Environ les deux tiers des Olim – âgés de 18 ans et plus – ont fait des études supérieures. Par exemple, en 2015, le Bureau central des statistiques d’Israël a signalé la fuite des cerveaux de 1 360 israéliens de l’enseignement supérieur, ignorant les 14 870 Olim de l’enseignement supérieur arrivés en 2015, dont 48% étaient titulaires d’un doctorat et d’un diplôme d’études supérieures.

Alors que le ratio des israéliens issus de l’enseignement (par rapport à la population totale) se classe au troisième rang mondial, derrière le Japon et le Canada, le ratio des Olim issus de l’enseignement supérieur est nettement plus élevé que celui du reste de la population israélienne. Plus de 25% des Olim ont de l’expérience dans les domaines critiques de la haute technologie, de l’ingénierie, de l’informatique, de la médecine et de la santé.

Entre 1980 et 2010, 30 000 israéliens de l’enseignement supérieur ont émigré, et 290 000 Olim de l’enseignement supérieur sont arrivés d’URSS, de France, des États-Unis, etc. , dès lors, il y a eu un gain de “cerveaux” net de 235 000 entre 1980 et 2010.

Entre 2010 et 2018, environ 105 000 Olim de l’enseignement supérieur sont arrivés (sur un total d’environ 198 000 Olim), tandis que 22 000 israéliens de l’enseignement supérieur ont émigré – un gain net de cerveaux de 83 000; un gain cérébral annuel net de 9 000.

De 1980 à 2018, il y a eu un gain de cerveau net de 315 000 personnes dans l’enseignement supérieur!

En outre, entre 2010 et 2016, 4 000 Israéliens titulaires d’un doctorat sont revenus en Israël avec une expérience et un réseau améliorés, contribuant ainsi à la croissance économique.

2. Indicateurs économiques d’Israël pour 2018 selon la Banque d’Israël: Ratio dette publique / PIB d’Israël: 60,4% en 2017, 66,1% – 2014, 71,1% – 2010 [225% – 1985], contre 81% pour l’Union européenne, Grande-Bretagne – 85% et les États-Unis – 105%.
Croissance du PIB – 3,7%, PIB par habitant – 39 600 $, taux de chômage – 4,1%, taux d’inflation – 1,2% [445% – 1985].

3. La population juive ultra-orthodoxe d’Israël est de plus en plus intégrée à l’économie israélienne, comme le prouve Eli Paley, fondateur et président de l’Institut Haredi (ultra-orthodoxe) chargé des affaires publiques. L’Institut Haredi – en coopération avec les plus grands entrepreneurs de haute technologie israéliens (laïcs) – se consacre à l’amélioration de l’intégration de Haredis dans le secteur de la haute technologie d’Israël. Ce dernier est le principal moteur de la croissance économique d’Israël, mais il est menacé par une pénurie croissante de développeurs qualifiés.

L’objectif de l’Institut est d’augmenter le nombre de personnes Haredi dans le secteur des technologies de pointe, tout en les faisant passer de postes à faible technologie à des postes de haut niveau.

La communauté Haredi est passée de 4% de la population israélienne en 1980 à 11% en 2018, alors qu’elle représente environ 20% de la population de moins de neuf ans.

Alors que 18% des travailleuses harédites détenaient un diplôme universitaire en 2006 (contre 7% des hommes haredi), le volume est passé à 24% en 2016 (contre 11% des hommes haredi).

Une étude récente de l’Institut sur la qualité de vie dans les groupes de population israéliens fait état d’une augmentation du taux d’emploi des hommes Haredis de 40% en 2008 à 52% en 2018, tandis que le taux d’emploi des femmes Haredites est passé de 57% à 75% au cours de la dernière décennie. Cependant, malgré la hausse de l’emploi, la majorité des Israéliens Haredis restent employés à des postes subalternes.

Selon des tests et des évaluations menés par l’Institut Haredi, les diplômés des séminaires Haredi – dans la filière informatique – font preuve de talent, d’une éthique de travail solide et d’une ambition égale à la population laïque.