Fatah activist Abbas Zaki
Fatah activist Abbas Zaki

L’Autorité Palestinienne de Mahmoud Abbas met tout en oeuvre pour empêcher les ventes de terres par des Arabes de Jérusalem à des juifs. Récemment, un musulman ayant procédé de la sorte de son vivant s’est même vu interdire tout enterrement en cimetière musulman.  

Par: JNS.org et l’équipe d’Unis avec Israël

L’Autorité Palestinienne tente d’empêcher les Arabes de Jérusalem, qui vivent sous juridiction israélienne, de vendre des propriétés à des citoyens juifs, allant ainsi en contradiction avec la loi israélienne interdisant à l’Autorité Palestinienne de se livrer à des activités politiques et diplomatiques dans les zones sous souveraineté israélienne totale – y compris la totalité de Jérusalem.

Ainsi, Jeudi, l’un des dirigeants du Fatah a officiellement déclaré que le dirigeant Mahmoud Abbas redoublerait d’efforts pour pénaliser les Arabes soupçonnés d’avoir vendu des propriétés à des juifs israéliens à Jérusalem. Le phénomène est en effet observables malgré les différents intérêts géoppolitiques en jeu au regard de la plus-value financière que peuvent constituer les offres d’achats de juifs par rapport à celles formulées par des citoyens arabes.

Et des  illustrations concrètes de ladite mesure sont déjà observables. Ainsi, selon le porte-parole du Fatah, Osama Qawassmeh, les forces de sécurité de l’Autorité Palestinienne ont arrêté Isam Aqel, un citoyen américain, soupçonné d’avoir aidé à la vente d’une maison appartenant à des Arabes dans la vieille ville de Jérusalem.

Après que la famille d’Aqel eut informé le Département d’État américain, Israël avait arrêté les responsables de l’Autorité palestinienne Adnan Geith et Jihad Faqeeh pour leur implication dans l’arrestation d’Aqel.

Qawassmeh du Fatah a déclaré à Al-Watan Voice qu’Aqel, qui a été arrêté il y a un mois, était en réalité un agent immobilier ayant aidé plusieurs arabes à établir des liens avec des israéliens de confession juive cherchant à acheter des propriétés.

Autre cas, celui d’Alla’Qirresh, l’un des six palestiniens récemment tués dans une collision meurtrière, qui s’est vu refuser l’enterrement dans les cimetières musulmans centraux de Jérusalem parce qu’il se serait livré à la vente de biens à des juifs à Jérusalem.

La loi palestinienne interdit aux Palestiniens de vendre des terres à toute partie liée à Israël de quelque manière que ce soit.

En réponse, le grand rabbin ashkénaze de Jérusalem, Aryeh Stern, a publié un décret unique assurant à Qirresh le lieu de repos définitif dans un complot spécial réservé aux personnes sans religion à Har Ha-Menchot, le principal cimetière juif de Jérusalem.