FILE - In this Dec. 22, 2017 file photo, masked members of the Palestinian Al-Quds Brigades, the military wing of the Islamic Jihad group, march with their rifles during a protest against U.S. President Donald Trump's decision to recognize Jerusalem as Israel's capital, in Nusseirat refugee camp, central Gaza Strip. From Lebanon and Syria to Iraq, Yemen, and the Gaza Strip, Iran has significantly expanded its footprint over the past decade, finding and developing powerful allies in conflict-ravaged countries across the Middle East. (AP Photo/Adel Hana, File) AP Photo/Adel Hana, File
Palestinian Islamic Jihad terrorists. (AP Photo/Adel Hana, File)

Les responsables des services de renseignements israéliens estiment que le Hamas et l’Iran ont conclu un pacte selon lequel le groupe terroriste islamique qui contrôle Gaza déclencherait une guerre depuis l’enclave côtière au sud du pays si un conflit éclatait entre Israël et les alliés de l’Iran à la frontière nord. .

Source: Aurora

Des officiers de la défense ont déclaré au journal Haaretz que les services de renseignements estimaient que le Hamas et le Jihad islamique palestinien essaieraient de forcer Israël à détourner les troupes et les batteries de la défense anti-aérienne au sud aux dépens des forces qui allaient se battre dans le nord.

Les services de renseignements israéliens estiment que l’Iran a intensifié ses interventions dans la bande de Gaza pour tenter de faire du Hamas son arme armée personnelle contre Israël.

L’Iran est le principal sponsor de l’aile militaire du Hamas, la brigade Izz ad Din al Qassam, et du bras armé du Jihad Islamique Palestinien, les Brigades Quds.

L’Iran et le Hamas sont en contact depuis plusieurs mois à ce sujet. alors que des membres du Hamas ont eu des entretiens avec le corps des gardes de la révolution islamique iranien à Téhéran.

Le chef adjoint du Hamas, Saleh al Arouri, a déclaré lors de sa visite à Téhéran que le Hamas et l’Iran suivaient “le même chemin” dans leur combat contre Israël, selon un rapport du Fars, semi-officiel iranien.

Lors d’une réunion avec le chef du Conseil stratégique pour les relations étrangères de l’Iran, Kamal Kharazi, Arouri a déclaré:

“Nous sommes sur le même chemin que la République islamique: un chemin de combat contre l’arrogante entité sioniste”, a déclaré Arouri.

Arouri s’est rendu en Iran avec d’autres hauts responsables du Hamas, notamment Mussa Abu Marzuk, Maher Salah, Husam Badran, Osama Hamdan, Ezzat al Rishq et Ismail Radwan.

Al Arouri a été élu chef adjoint du Hamas en octobre 2017. Au cours des deux dernières années, il s’est rendu à Téhéran au moins cinq fois.

“L’Iran est le seul pays à déclarer que l’entité (Israël) est un cancer et devrait être éliminée de la région“, a déclaré Arouri à Al Quds, la chaîne de télévision du Hamas, en février 2018. “C’est le seul pays qu’il est disposé à fournir une aide réelle et un soutien public à la résistance palestinienne et aux autres pour faire face à l’entité. “