Palestinian women show solidarity with the Palestinian terrorists. (Abed Rahim Khatib/Flash90)

Comment se fait-il, s’est demandé Walid Shoebat, de Bethléem, que «le 4 juin 1967, j’étais jordanien et, du jour au lendemain, je suis devenu palestinien».

Par Jerold Auerbach, The Algemeiner

Des millénaires avant que les Palestiniens n’apparaissent sur la scène mondiale après la guerre des Six jours, la «Cisjordanie» était déjà connue sous le nom de Judée-Samarie. La «Palestine» date du mandat de la Société des Nations (1923) qui accordait à l’Angleterre le pouvoir de gouverner le pays, y compris la Transjordanie, précédemment contrôlée par l’empire ottoman vaincu.

Le mandat reconnaissait «le lien historique du peuple juif avec la Palestine». Les «Palestiniens» n’étaient pas mentionnés. Les arabes de la Terre d’Israël n’avaient pas de conscience nationale en tant que peuple. Deux décennies après la naissance d’Israël, après la guerre des Six jours, ils ont tellement emprunté à des sources juives et sionistes qu’ils constituent pratiquement un plagiat historique.

«Palestine» était une abréviation du terme «Syrie-Palestine» imposé par les conquérants romains au IIe siècle de notre ère pour effacer les liens des juifs avec leur patrie biblique. Les conceptions modernes de la Palestine n’apparurent qu’au 19ème siècle, lorsque des artistes et des écrivains britanniques commencèrent à explorer la «Terre sainte». Les Juifs, écrivait le révérend Alexander Keith, sont «un peuple sans pays» alors que «leur propre pays. . . [est] un pays sans peuple.” Quelques années plus tard, Lord Ashley Cooper décrivit“ un pays sans nation” ayant besoin d’ “une nation sans pays”. Cette nation, a t-il affirmé, désignait “ les anciens et légitimes seigneurs du sol, les Juifs!

Au cours des premières années du mandat britannique, les arabes de Palestine ne connaissaient toujours pas une identité nationale distinctive. Témoignant devant la Commission Peel en 1937, le dirigeant syrien Auni Bey Abdul-Nadi a déclaré: «Il n’existe pas de pays sous le nom de Palestine. … «La Palestine» nous est étrangère. Ce sont les sionistes qui l’ont introduite. ”

Même le professeur d’Histoire de Columbia, Rashid Khalidi, spécialiste de l’identité palestinienne, reconnaîtrait qu’avant la Première Guerre mondiale, la «Palestine» n’existait pas dans la conscience arabe. Le développement foncier sioniste a attiré les Arabes des pays du Moyen-Orient qui sont venus en Palestine à la recherche d’une vie meilleure et sont finalement devenus des “palestiniens“.

Peu avant la naissance de l’État d’Israël, l’historien arabe Philip Hitti a admis: “L’histoire de la Palestine n’existe pas“. Même la résolution de l’Assemblée Générale des Nations Unies de 1947 faisait référence à la Judée-Samarie à l’ouest du Jourdain. Une identité palestinienne distincte n’a émergé que lors de l’humiliante défaite des arabes au cours de la guerre des six jours.

Pourquoi, se demandait Walid Shoebat de Bethléem, «le 4 juin 1967, j’étais jordanien et, du jour au lendemain, je suis devenu palestinien. … Nous nous sommes considérés jordaniens jusqu’à ce que les juifs n’entrent dans Jérusalem.

Identité palestinienne tardive – Dérivation de sources juives

L’identité palestinienne tardive tire son origine de ses sources juives. Comme les autres musulmans du Moyen-Orient, les palestiniens revendiquent Ismaël, le fils d’Abraham de son serviteur Hagar, comme étant leur lien ancestral avec «leur» patriarche Abraham. Les Cananéens ont été adoptés comme leur propre peuple ancestral victimisé. Ironiquement, leur revendication insistante d’un «droit au retour» pour les réfugiés palestiniens (et leurs descendants) imite la loi israélienne sur le retour. Les adolescents palestiniens se sont comparés à Anne Frank avec aberration, souffrant d’un «holocauste» israélien.

Lee Bender, activiste sioniste et écrivain, a expliqué à travers le Jewish News Service (9 février) qu’un quart des localités palestiniennes en Israël, en Judée-Samarie, portaient des noms bibliques anciens. Parmi eux: Bethléem (Beit Lechem), Hébron (Chevron), Beitin (Beit El), Jénine (Ein Ganim), Silwan (Shiloach) et Tequa (Tekoa).

Les allégations sans cesse répétées par les Nations Unies, les palestiniens et, bien sûr, le New York Times, selon lesquelles Israël n’aurait aucune revendication légitime sur le territoire désormais connu sous le nom de «Cisjordanie» (de la Jordanie) sont fallacieuses, voire mensongères. Ils n’ont aucune connaissance de l’histoire des Juifs en Terre d’Israël – et de l’absence de toute présence ou identité «palestinienne» identifiable jusqu’à tout récemment. Mais les vieux mensonges ne meurent jamais; ils ne peuvent même pas disparaître.

Jerold S. Auerbach est l’auteur de “Print to Fit: le New York Times, le sionisme et Israël”, 1896-2016, à paraître ce mois-ci chez Academic Studies Press.