Shutterstock Shutterstock

Related:

Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a déclaré que le pacte « avait déjà contrecarré les tentatives iraniennes de défier Israël et d’autres pays du Moyen-Orient ».

Par l’équipe d’Unis avec Israël

Samedi, le ministère iranien des Affaires étrangères a affirmé qu’un pacte de défense naissant entre Israël et plusieurs de ses voisins arabes faisait monter les tensions dans la région.

Le pacte de défense aérienne du Moyen-Orient (MEAD) est conçu pour aider les alliés régionaux à coordonner leurs systèmes de défense aérienne face à la menace croissante des drones et missiles iraniens, qui déstabilisent de plus en plus le Moyen-Orient.

Selon un ministre iranien du nom de Nasser Kanaani cité par Reuters, « l’entrée d’étrangers dans la région… ne créera pas la sécurité et la stabilité mais est elle-même la principale cause de tension et de fracture régionale« .

Selon les États-Unis, l’Iran reste le principal État parrain du terrorisme au monde, finançant, armant et entraînant des mandataires terroristes tels que le Hezbollah au Liban et les Houthis au Yémen.

Israël a également produit des preuves crédibles indiquant que l’Iran recherchait des armes nucléaires, une affirmation qui continue d’être confirmée par l’enrichissement d’uranium par le pays à des niveaux bien supérieurs à ce qui est nécessaire pour des applications civiles, telles que la production d’énergie.

L’Iran a publié sa déclaration sur MEAD à l’approche de la visite du Président américain Joe Biden au Moyen-Orient cette semaine. Biden devrait atterrir en Israël mercredi.

Selon le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, le MEAD est « déjà en action » et « a déjà contrecarré les tentatives iraniennes de défier Israël et d’autres pays du Moyen-Orient« .

Les spéculations se multiplient sur le fait que l’Arabie saoudite annoncera de nouvelles étapes diplomatiques avec Israël lors de la visite de Biden.

En 2020, à la suite d’accords de normalisation entre Israël et quatre pays arabes, le concept de coalition de défense aérienne a commencé à prendre de l’ampleur, suscité en partie par les voisins de l’Iran, les Émirats arabes unis et Bahreïn.