Israeli farmer battles fire started by an incendiary device launched from Gaza Strip, near the Israel and Gaza border fence, Wednesday, May 15, 2019. Palestinians are marking the 71st anniversary of their mass displacement during the 1948 war around Israel's creation. Demonstrations were held across the Israeli-occupied West Bank and the Gaza Strip on Wednesday to mark what the Palestinians call the "nakba," or "catastrophe." (AP Photo/Tsafrir Abayov) AP Photo/Tsafrir Abayov
A fire started in Israel by terrorists in the Gaza Strip. (AP Photo/Tsafrir Abayov)

Le terrorisme incendiaire palestinien a déjà entrainé la destruction de plusieurs milliers d’hectares de terres, un véritable désastre écologique.

Par l’équipe d’Unis avec Israël

Les températures actuelles en Israël sont extrêmement élevées, et le climat très sec: une situation particulièrement propice à la propagation d’incendies de forêts.
Mais ces incendies ne sont pas toujours accidentels; les derniers mois en Israël ont été marqués par de conséquentes vagues d’incendies criminels.
Les pompiers israéliens ont combattu des incendies, principalement dans toute la Judée-Samarie, mais également dans des communautés de la région de Jérusalem. De nombreux éléments porteraient à croire qu’ils sont le résultat d’une nouvelle forme de terrorisme arabe ou palestinien, détruisant la faune et la flore en voulant détruire le peuple israélien.

Des milliers d’habitants ont déjà été contraints d’abandonner leurs habitations au regard des vagues incendiaires. Le 26 mai dernier, le village entier de Mevo Modi’im a été détruit par un incendie criminel. Le même incendie a endommagé une grande partie du kibboutz Harel.
À Jérusalem, la police a arrêté plusieurs arabes, pris en flagrant délit avec du matériel servant à allumer des incendies. Un autre incendie a également fait rage depuis mercredi soir dans les collines de Samarie, près d’Itamar. Jusqu’à présent, environ 7 000 dunams (1 700 acres) de terres agricoles ont été brûlés. «C’est le quatrième incendie à se déclarer en 4 jours, mettant en danger les habitants et les familles et détruisant des années de travail des agriculteurs. Le cœur se brise “, a déclaré Iyar Segal, un habitant des collines d’Itamar.

Yossi Dagan, Président du conseil régional de Samarie, a déclaré à propos de la destruction: “Les agriculteurs, qui se sacrifient vraiment pour travailler la terre et faire fleurir le désert, doivent être aidés et les incendies doivent être arrêtés de toutes les manières possibles.”
Toujours mercredi, un vignoble appartenant à des Israéliens dans la ville biblique de Shiloh, en Samarie, a été détruit par des incendies criminels. Suite à des informations faisant état de plusieurs individus suspects qui fuyaient dans la région, des incendies de masse ont éclaté. Les pompiers ont combattu les flammes de la ville de Shiloh, mais le vent a tourné, provoquant l’incendie des champs voisins appartenant à des Arabes également.
Aujourd’hui, des dizaines de évacués alors qu’un feu de broussailles a sévi à travers la banlieue de Jérusalem d’Even Sapir et le Moshav Aminadav, à proximité de l’hôpital Haddassah Ein Kerem.Les services de sécurité et de lutte contre l’incendie israéliens ont annoncé que 16 équipes de pompiers combattaient l’incendie. Six avions de combat et un hélicoptère ont été dépêchés pour lutter contre les incendies qui se propagent. Le Times of Israel a annoncé que plus d’un millier de pompiers avaient été dépêchés le mois dernier pour combattre 1 023 incendies dans tout le pays en 41 heures. Treize pompiers ont été légèrement blessés dans leurs efforts visant à éteindre les flammes, qui étaient programmées toutes les deux minutes et demie.Yaron Rosenthal, membre du kibboutz Kfar Etzion et directeur de la Société pour la protection de la nature de l’école Kfar Etzion Field School, a écrit dans un communiqué de presse: “Ils nous jettent des cocktails Molotov. Celui qui aime son pays ne le brûle pas.”