View of the scene where a building was hit by a rocket fired from the Gaza Strip in the southern Israeli city of Beersheba, on October 17, 2018. Photo by Flash90 *** Local Caption *** áéú áðééï ðôâò ø÷èä òæä øöåòú òæä ãøåí áàø ùáò Flash90
Israeli home hit by a rocket fired from the Gaza Strip. (Flash90)

L’Égypte serait indignée par les tirs de roquettes depuis Gaza alors qu’elle tente de négocier une trêve entre Israël et des groupes terroristes à Gaza.

Par: JNS.org

Le chef des renseignements égyptiens, Abbas Kamel, a annulé une visite prévue dans la bande de Gaza, à Ramallah et en Israël, évoquant officiellement un conflit concernant les horaires, mais les commentateurs ont estimé que l’annulation pourrait être une réponse aux attaques de roquettes lancées mercredi depuis Gaza sur Israël.

La visite de Kamel avait pour but de faire avancer les efforts de l’Égypte en vue de la médiation d’un accord de cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, dont les affrontements le long de la frontière entre Israël et la bande de Gaza se sont intensifiés ces dernières semaines, avec pour point culminant la frappe de la roquette mercredi sur la maison de Beersheva.

Une délégation du renseignement et des diplomates égyptiens arrivés à Gaza pour préparer le terrain en vue de la visite de Kamel, initialement prévue pour jeudi, a quitté mercredi la Bande de Gaza avant de fixer une nouvelle date à la mission diplomatique de navette de Kamel.

Un membre de la délégation égyptienne a déclaré à Israël Hayom que la raison officielle du report de la mission de Kamel était d’accompagner le Président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi lors de son voyage en Russie, qui prenait plus de temps que prévu.

Mais un haut responsable palestinien a déclaré à Israel Hayom que les Egyptiens avaient été surpris par les tirs de roquettes et n’avaient pas mâché leurs mots pour réprimander les dirigeants du Hamas et d’autres factions armées palestiniennes à Gaza, avec lesquels ils s’étaient rencontrés mercredi matin, peu après le lancement des roquettes. à Israël.

Aucun groupe palestinien n’a revendiqué les tirs de roquettes et, plusieurs heures après, le Hamas, le Jihad islamique palestinien et les Comités de la résistance populaire ont publié un communiqué conjoint a travers lequel ils ont déclaré: «Nous apprécions les efforts égyptiens visant à répondre aux demandes de notre peuple et nous nous opposons à toute tentative de saboter ces efforts – y compris les tirs de roquettes sur Israël “.

Selon un autre responsable palestinien, la déclaration aurait été publiée à la demande de l’Égypte. “Ils ont considéré le lancement de roquettes contre Israël lors de leur visite à Gaza comme un affront personnel et, pire encore, comme mettant leur vie en danger“, a déclaré le responsable.

Suite aux tirs de roquettes, Israël a mené des frappes aériennes sur Gaza et les membres de la délégation égyptienne dans la ville de Gaza ont alors entendu et ressenti les ondes de choc causées par les bombes israéliennes.

Les médias palestiniens ont annoncé que le Président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, devait se rendre en Jordanie ce week-end, où il s’entretiendra avec le roi jordanien Abdullah et d’autres hauts responsables jordaniens.

Un haut responsable jordanien a déclaré à Israel Hayom cette semaine que M. Abbas entendrait probablement un message similaire à celui qu’il avait entendu des Egyptiens, à savoir qu’il devrait lever les sanctions économiques qu’il impose à la population de Gaza.

«Abbas doit comprendre qu’il ne peut pas utiliser la population de Gaza comme monnaie d’échange contre le Hamas, Israël ou l’Egypte. Il doit permettre l’épuisement de toutes les procédures, faciliter la conclusion d’un accord et améliorer les conditions de vie à Gaza, qui s’effondre sous le coup d’une grave crise humanitaire », a-t-il déclaré.