La communauté Ahmadiyya constitue une minorité islamique persécutée à travers le Moyen-Orient. En Israël, les Ahmadis jouissent d’une liberté religieuse et culturelle totale et bénéficient de la possibilité de prier au sein de la seule mosquée Ahmadi de la région.

De: Eliana Rudee / JNS.org

En tant que petit mouvement islamique d’environ vingt millions de personnes – environ 1% de la population musulmane mondiale – la communauté Ahmadiyya constitue une minorité persécutée à travers le Moyen-Orient. Mais à l’entrée Sud de la ville israélienne de Haïfa, située au Nord du pays, se trouve le village de Kababir, qui abrite 2 000 habitants, parmi lesquels 70% de musulmans ahmadis.

À Kababir, les ahmadis jouissent d’une liberté religieuse et culturelle totale et prient dans la seule mosquée ahmadie du Moyen-Orient, établie en 1934 et rénovée en 1979. Le refuge qu’ils ont trouvé en l’État juif, contrairement à tout le reste du Moyen-Orient, est semblable à celui qu’y ont trouvé les druzes , les bahá’ís et les chrétiens.

Selon le dirigeant de la communauté Ahmadiyya israélienne, Muhammad Sharif Odeh , les Ahmadis jouissent d’une liberté religieuse totale en Israël, d’autant plus au regard de la situation de leurs frères dispersés dans le reste de la région et au Pakistan, où les ahmadis ne peuvent utiliser aucun symbole religieux ni même se saluer selon leurs propres traditions.

Les Ahmadis se trouvant dans les pays arabes du Moyen-Orient souffrent beaucoup“, a déclaré Odeh. Ils ne sont pas autorisés à posséder des mosquées ou des minarets, vont en prison du fait de leurs croyances et sont persécutés.”

Malgré la sécurité et la liberté dont ils bénéficient en Israël, “il existe un long chemin” pour les Ahmadis israéliens en matière de droits civils et politiques, a exprimé Odeh, qui s’estime discriminé par les israéliens en tant qu’arabe et par les autres musulmans en tant qu’ahmadi.

Des croyances centenaires

Le mouvement Ahmadiyya a été créé en 1889 par Punjabi Hazrat Mirza Ghulam Ahmad. Ce dernier avait alors affirmé avoir reçu des révélations d’Allah, lui imposant de rajeunir l’Islam à travers une réforme universelle et des moyens pacifiques. Les musulmans ahmadis se considèrent comme de vrais musulmans, mais estiment que le fondateur de leur communauté et leur messie est Mahdi, le prophète de l’ombre de l’Islam. Ils pensent également que, bien que le Coran soit leur dernier livre de loi, son inspiration et sa révélation se poursuivent par la voie de leurs califes.

La communauté musulmane Ahmadiyya est arrivée en Israël en 1927, lorsque le premier missionnaire musulman, Maulana Jalalud-Din Shams, a été envoyé de l’Inde au Proche-Orient et au Moyen-Orient pour transmettre le message de Mahdi. Au début des années 1930, le village israélien de Kababir était devenu le centre de la communauté musulmane Ahmadiyya dans tout le Moyen-Orient.

La doctrine Ahmadiyya repose sur la croyance que le Prophète Mahomet a interdit les guerres et l’usage des armes, et qu’il est du devoir des Ahmadis de réaliser la paix universelle basée sur la justice et d’établir la souveraineté de l’Islam dans le monde entier par la voie de l’éducation. Mirza Ghulam Ahmad est venu pour corriger les interprétations du Coran, afin que le livre sacré soit une source de soins et d’amour pour tout le monde, plutôt qu’un appel au meurtre, à la haine et à la violence“, a déclaré Odeh.

Il a poursuivi: “L’idée que vous puissiez utiliser l’ épée pour promouvoir le djihad ne correspond pas à l’Islam véritable . Le djihad ne se réfère pas à la promotion de la guerre, mais à la lutte contre le mal qui se trouve en nous, et à la diffusion de la parole du Coran à travers le monde, avec bonté et attention. “

Amour, humanité, paix universelle

La philosophie Ahmadiyya, explique Odeh, est «d’enseigner, de réparer et d’éduquer les gens pour l’amour, l’humanité, la paix universelle, l’harmonie et la coopération».

En tant que tels, les Ahmadis croient qu’il est important de prendre soin des lieux saints des autres religions avant leurs propres mosquées, et il existe un comité spécial Ahmadiyya en Israël qui aide les habitants dans le besoin indépendamment de leurs origines religieuses.

De plus, Kababir abrite une école primaire ouverte aux juifs et aux chrétiens. Quatre-vingt-dix pour cent de l’école est Ahmadi, et les autres membres sont juifs et chrétiens“, a déclaré le porte-parole de Kababir Mu’ath Odeh, un cousin de Muhammad Sharif Odeh. Cela montre que si vous voulez créer la coexistence, c’est possible.”

Mais Muhammad Sharif Odeh n’est pas optimiste quant au fait que ce message universel d’amour se diffusera dans le monde, ou même en Israël. Il est sceptique quant à l’influence des politiciens, qui “se soucient seulement de leurs propres personnes, partis et présidences“, ainsi que des forces de sécurité qui, à son avis, initient des punitions collectives et des guerres non défensives.

 

Les Ahmadis renoncent au terrorisme

Je suis musulman, palestinien et je suis ici. C’est une bonne chose qu’il y ait un Etat israélien“, a déclaré Odeh, qui affirme entretenir de bonnes relations avec de nombreux membres de la Knesset, dont Ayman Odeh, le chef du Parti communiste arabe, et Kaboul, le député du Likoud Yehuda Glick. au sujet duquel Muhammad Sharif Odeh affirme qu’il a prié deux fois à sa mosquée.

Les Ahmadis renoncent aux attaques terroristes ainsi qu’à la capture ou au meurtre de soldats israéliens, non seulement parce que le bain de sang est contraire à leurs enseignements religieux, mais aussi parce qu’ils croient que seuls les gouvernements ont l’autorité de déclencher des guerres. Odeh a affrimé: “Nous sommes en train de créer le fanatisme en Cisjordanie et à Gaza. C’est devenu une serre pour le terrorisme et le radicalisme. Les palestiniens jouent avec des fusils en plastique et en bois tandis que les Israéliens jouent avec des poupées. La barbarie n’est pas la solution, nous devons respecter les accords de paix. Vous ne pouvez pas envoyer des gens tuer les autres et dire que vous voulez la paix“.

Ayman, un ahmadi converti de 32 ans de Naplouse (Shechem) qui a demandé à être identifié seulement par son prénom, a condamné l’attentat terroriste du 5 février au cours duquel un Arabe israélien  a poignardé le rabbin Itamar Ben Gal , un israélien de 29 ans, père de quatre ans, en route pour la brit mila (circoncision) de son neveu.

Je pleure quand je vois des gens innocents mourir”, a déclaré Ayman, qui s’est fait renier par sa famille après sa conversion au mouvement Ahmadiyya. Ils le font au nom de mon dieu, de mon prophète et de mon livre. J’ai besoin de travailler dur pour réparer ce que [le terroriste qui a tué Ben Gal] a fait. “