(Shutterstock) (Shutterstock)

À l’exception de 2020, Israël a connu une croissance économique positive chaque année depuis 2003, y compris pendant la Grande Récession. Un expert nous explique pourquoi.

Par Micheal Humphries, Israël21

The Economist a classé Israël comme la quatrième économie la plus performante parmi les pays de l’OCDE pour 2022.

Cela a soulevé la question de la source de la résilience économique d’Israël au cours des 20 dernières années et plus.

À l’exception de 2020 (Covid), Israël a connu une croissance économique positive chaque année depuis 2003 – y compris pendant la Grande Récession, qui a secoué les États-Unis et l’Europe.

D’où vient cette résilience ? Pouvons-nous compter sur elle, et y investir, dans les années à venir ?

 

Raison 1 : boycott arabe

Pour répondre à ces questions, je commence par le boycott arabe d’Israël, toujours en vigueur chez certains de nos voisins.

La croissance économique est alimentée par les exportations. La conséquence positive du boycott a été de forcer Israël à commercer avec des partenaires lointains, notamment l’Europe et les Amériques.

Le commerce avec ces partenaires impliquait des coûts de transport énormes, qui devaient être couverts par la valeur ajoutée de nos exportations.

Le commerce avec ces marchés lointains nous a obligés à adopter ce qu’on pourrait appeler le modèle économique japonais : importer des matières premières et les transformer en produits à haute valeur ajoutée pour ensuite exporter vers des marchés lointains.

Cela nous a poussés vers des industries à forte intensité de connaissances où le capital humain a apporté la majeure partie de la valeur ajoutée, plutôt que vers des industries à faible marge produisant ce que les pauvres d’Égypte et de Jordanie pouvaient se permettre.

 

Raison 2 : immigration russe

Le deuxième élément est la « Grande Aliyah », qui a amené en Israël environ 1 million d’immigrants russes dans les années 1990.

Population instruite, ils ont non seulement augmenté la population d’Israël, mais aussi son niveau moyen d’éducation. Ils ont également mis l’accent sur l’éducation scientifique/mathématique, qu’ils ont transmise à leurs enfants.

Cette vague d’immigration a stimulé l’industrie high-tech d’Israël. (Le premier emploi de mon fils en tant que technicien, puis en tant qu’ingénieur, a été dans une entreprise fondée par deux physiciens russes titulaires d’un doctorat.)

L’augmentation soudaine de la population a également offert aux producteurs nationaux la possibilité de bénéficier d’économies d’échelle ou d’une plus grande production de masse, réduisant ainsi les coûts unitaires de ce qu’ils produisent.

Cela a contribué à réduire l’inflation en Israël ainsi qu’à réduire nos coûts unitaires d’articles d’exportation.

 

Raison 3 : fonds entrants

Nous devons également reconnaître une situation unique, dans la mesure où Israël a l’équivalent d’une population d’expatriés qui transfère des fonds vers Israël.

Les Philippines, la Jordanie et le Mexique ont des expatriés travaillant à l’étranger qui transfèrent des fonds aux membres de leur famille restés dans l’« ancien » pays. Israël a la communauté de la diaspora juive, qui transfère des fonds à Israël soit sous forme de philanthropie, soit sous forme d’investissements (que ce soit dans des maisons de vacances ou dans l’industrie).

Ces fonds contribuent aux réserves de devises étrangères d’Israël, qui renforcent le taux de change, maintiennent les importations à un prix abordable et facilitent le commerce extérieur et la balance des paiements d’Israël.

 

Raison 4 : règles strictes

Le cadre réglementaire d’Israël n’est pas moins important. La Banque d’Israël garde un contrôle strict sur les banques et les marchés financiers israéliens.

L’achat d’une maison en Israël nécessite un apport d’au moins 25% pour un premier achat, ou 30% pour un deuxième achat. Il n’y a pas de prêts hypothécaires sans apport en Israël.

Nous n’avons pas non plus de marché hypothécaire secondaire comme aux États-Unis, où une entreprise crée l’hypothèque et la vend ensuite à une autre entreprise/investisseur. Dans cette situation, l’entreprise d’origine ne se soucie pas vraiment de savoir si l’emprunteur peut payer l’hypothèque, car l’acheteur des hypothèques est celui qui devra faire face à un défaut (risque moral).

C’est précisément cet aléa moral qui a conduit à la Grande Récession aux États-Unis, lorsque les initiateurs de prêts hypothécaires ont accordé des prêts hypothécaires à des personnes qui ne pouvaient manifestement pas supporter les paiements. Les défauts de paiement ont inondé le marché et poussé les prix des logements vers le bas, en dessous des valeurs hypothécaires, donnant naissance au terme « hypothèque sous-marine ».

Raison 5 : Normes bancaires

Les prêts à la consommation en Israël sont généralement accordés par la même banque où les consommateurs déposent leurs salaires.

De plus, les cartes de « crédit » en Israël sont en fait des cartes de paiement. La plupart des émetteurs de cartes de crédit israéliens exigent le paiement intégral du solde impayé chaque mois.

Cela renforce la norme selon laquelle la plupart des consommateurs israéliens obtiennent leurs cartes de crédit via la même banque où ils déposent leurs salaires, créant une situation où une seule banque est au courant des obligations financières totales d’un consommateur.

Cette réalité réduit la menace de crises d’endettement des consommateurs. Pendant la Grande Récession, l’économie israélienne a augmenté de 6 % en 2007 et de 3,19 % en 2008.

 

Raison 6 : La situation sécuritaire

La situation sécuritaire d’Israël, tout comme le boycott arabe, a eu une influence positive sur l’économie dans la mesure où nous sommes toujours en alerte contre des attaques soudaines.

Le service dans l’armée a formé ceux qui deviendront des cadres supérieurs et des entrepreneurs à anticiper les changements rapides et à suivre le rythme.

Les flambées constantes ont également donné à notre industrie militaire la possibilité de tester sur le terrain de nouvelles idées et technologies dans des délais plus courts que nos concurrents américains et européens, ce qui nous donne un avantage concurrentiel dans ce domaine.

En bref, la plus grande source de résilience de l’économie israélienne est la combinaison de la capacité historique du peuple juif à s’adapter à un environnement hostile et à trouver un moyen de maintenir un niveau de vie décent, et le sens communautaire des responsabilités les uns envers les autres. Le reste n’est que commentaire.

Pour répondre à notre question de départ : Oui, vous pouvez investir dans l’économie israélienne en supposant qu’elle s’adaptera à un environnement changeant.

Le professeur Micheal Humphries est professeur de marketing industriel et de gestion au Jerusalem College of Technology – Lev Academic Center et vice-président du département d’administration des affaires au Touro College Israel.