Iran launches a missile at ISIS. (IRIB News Agency, Morteza Fakhrinejad via AP) (IRIB News Agency, Morteza Fakhrinejad via AP)
Iran missile

L’Iran a officiellement confirmé que sept « conseillers militaires » iraniens avaient été tués au cours du bombardement ayant ciblé une base syrienne. Parmi eux, le commandant d’une unité iranienne de commande de drones. 

Par l’équipe d’Unis avec Israël

L’Iran a officiellement confirmé que sept représentants militaires iraniens avaient été tués au cours de la frappe aérienne de la base T4 en Syrie lundi.

La base aérienne militaire syrienne Tiyas, localisée dans la province d’Homs, a été la cible de plusieurs attaques de missiles lundi. D’après les derniers rapports, au moins 14 personnes ont été tuées, et plusieurs autres blessées.

Parmi les morts iraniens ont été identifiés Seyed Ammar Moussavi, Medi Lotfi Niyasar, Akbar Zawwar Jannati, et Mehdi Dehqan Yazdeli.

Ce dernier était, selon plusieurs sources, le commandant de la Force Aérospatiale des Gardes Révolutionnaires, une division qui dirige des drones. L’agence de presse iranienne Fars a déclaré qu’il s’agissait de « conseillers militaires« .

 

Le Ministère russe de la Défense a publié lundi une déclaration exceptionnelle accusant Israël de l’attaque. Il était alors évoqué que deux jets F-15 de Tsahal avaient tiré les missiles sur la base aérienne syrienne depuis l’espace aérien libanais. Le ministère a également prétendu que la défense aérienne syrienne avait détruit cinq des missiles tirés par Tsahal, mais que trois autres avaient atteint la partie ouest de la base aérienne T4.

Le journal israélien Ynet a rapporté que la cible de la frappe aérienne était apparemment une base de drones iranienne. En février, un drone iranien sortant de la base T4 avait été abattu par Israël.

La base aérienne T4 constitue un foyer pour les forces iraniennes, l’organisation terroriste libanaise du Hezbollah, et les forces du régime syrien.

Un haut responsable iranien a menacé Israël, déclarant que la frappe aérienne « ne resterait pas sans réponse« .

Ali Akbar Velayati, un assistant du Chef Suprême iranien, a formulé des commentaires dès son arrivée dans la capitale syrienne mardi: « La victoire est proche », d’après IRNA.

 

Le Porte-parole iranien des Affaires Etrangères Braham Qassemi a fermement condamné l’attaque en Syrie, la décrivant comme une « violation des lois internationales« : « Les frappes aériennes sur la base aérienne T-4 près de Homs en Syrie s’inscrivent dans une violation flagrante de toutes les lois et régulations internationales ».

Il a, enfin, prétendu que les attaques représentaient un soutien israélien aux groupes terroristes en Syrie.