Two Iranian worshippers hold up anti-American and anti-Israeli placards, in a rally to condemn Saturday's terror attack in Ahvaz, after Friday prayers in Tehran, Iran, Friday, Sept. 28, 2018. On Saturday, armed men disguised as soldiers killed 24 and wounded 60 people in an attack targeting a military parade in Ahvaz, southern Iran. (AP Photo/Ebrahim Noroozi)
Two Iranians hold anti-US and anti-Israeli placards

« La tentative de la part de l’Iran de lier Israël à l’attaque terroriste du sud de l’Iran est ridicule », a déclaré Netanyahu.

Par: l’équipe d’Unis avec Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a publié lundi une déclaration ridiculisant les affirmations iraniennes selon lesquelles Israël serait à l’origine d’une fusillade survenue lors du défilé des Gardiens de la Révolution dans la ville d’Ahvaz le mois dernier. Au moins 24 personnes avaient été tuées au cours de l’attaque, orchestrée par l’État islamique, et plus de 60 autres avaient été blessées.

« La tentative de la part de l’Iran de lier Israël à l’attaque terroriste du sud de l’Iran est ridicule« , a déclaré Netanyahou.

Les Gardiens de la Révolution ont lancé six missiles balistiques ainsi que des drones bombardiers lundi matin en direction de l’Est de la Syrie, ciblant des terroristes qu’ils accusaient d’avoir attaqué le défilé militaire.

Sur l’un des missiles, diffusé à la télévision iranienne, figuraient les slogans suivants: «Mort à l’Amérique, mort à Israël, mort à Al Saud» ainsi qu’un verset coranique incitant à «une lutte contre les amis de Satan».

« C’est le rugissement des missiles appartenant aux gardiens de la révolution islamique« , a déclaré un journaliste de la télévision d’Etat alors que les missiles étaient lancés derrière lui. « Dans quelques minutes, le monde de l’arrogance – en particulier l’Amérique, le régime sioniste (israélien) et Al Saud [Arabie saoudite] – entendra le son des coups répétés de l’Iran ».

« Le fait que » Mort à Israël « ait été écrit sur les missiles lancés en Syrie prouve tout« , a accusé Netanyahou.

Rami Abdurrahman, qui dirige l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme basé en Grande-Bretagne, a déclaré à l’Associated Press que les missiles iraniens avaient frappé la ville de Hajin, détenue par Daesh juste au nord de Boukamal.

L’Iran affirme depuis longtemps qu’Israël et les Etats-Unis se cachent derrière DAESH et s’efforcent de déstabiliser le Moyen-Orient.

AP a contribué à cet article