A Palestinian terrorist. (AP/Mahmoud Illean) (AP/Mahmoud Illean)

Avec ou sans les fonds nécessaires pour maintenir la société civile de l’Autorité palestinienne hors de l’eau, les terroristes continuent de mener une vie agréable.

Par Ruthie Blum, JNS

Le cabinet de sécurité israélien a décidé dimanche de mettre en vigueur une loi votée en juillet visant à déduire un demi-milliard de shekels (environ 138,2 millions de dollars) des recettes fiscales annuelles qu’il transfère chaque année à l’Autorité Palestinienne. Le projet de loi – à l’instar de son prédécesseur, le Taylor Force Act, qui a été approuvé par le Congrès américain en mai – a pour objet d’obliger l’Autorité Palestinienne à cesser de récompenser les terroristes en leur offrant de lourdes indemnités.

Initialement, les responsables de sécurité israéliens se sont opposés à la réduction des fonds au motif que cela risquerait de compromettre la coopération en matière de sécurité entre Jérusalem et Ramallah et d’entraîner une escalade des attentats terroristes. Mais après qu’Ori Ansbacher, 19 ans, ait été violé et assassiné plus tôt ce mois-ci par un palestinien souhaitant devenir «martyr d’Allah», la pression publique exercée sur le gouvernement pour réprimer l’Autorité Palestinienne a poussé le Premier ministre Benjamin Netanyahou à déclarer qu’il commencerait à mettre en œuvre le projet. loi consistant à retenir des fonds dès qu’il recevrait le feu vert du cabinet de sécurité. Ce qu’il a finalement fait.

L’Autorité palestinienne n’a pas tardé à donner une réponse exaspérée.

L’Autorité palestinienne considère que l’approbation de la décision de déduire des fonds est un vol qualifié de l’argent du peuple palestinien et une violation unilatérale des accords signés entre les deux parties, tels que l’accord de Paris“, a déclaré le porte-parole du président de l’AP, Mahmoud Abbas, Abu Rudaina. dans un rapport. “Cette décision aura des conséquences dangereuses à tous les niveaux.”

Rudaina faisait référence au Protocole de 1994 sur les relations économiques, une partie des Accords d’Oslo, un traité de paix que les palestiniens ont utilisé depuis comme prétexte pour faire la guerre.

Inverser la réalité en accusant Israël de violer des accords est une pratique courante pour le parti palestinien. On pouvait donc s’attendre à l’indignation actuelle de l’Autorité Palestinienne à l’idée de cesser de rémunérer les assassins de juifs. Il est ironique, cependant, qu’Abbas lui-même non seulement reconnaisse avoir payé des terroristes pour leurs services, mais qu’il s’en vante.

En réalité, quand Israël a adopté le projet de loi en juillet visant à retenir les fonds de l’Autorité Palestinienne, Abbas a annoncé: «Même s’il ne nous reste qu’un sou, nous le donnerons aux martyrs, aux prisonniers et à leurs familles. Nous considérons les prisonniers et les martyrs comme des planètes et des étoiles dans les cieux de la lutte palestinienne, et ils ont la priorité dans tout.

Selon un rapport publié lundi par Palestinian Media Watch (PMW), qui révélait pour la première fois les sommes exorbitantes que l’Autorité Palestinienne consacre chaque année aux prisonniers terroristes, aux prisonniers libérés et aux familles des terroristes décédés, Abbas a réitéré ce message en octobre, déclarant: “Je dis ceci à tous – les salaires de nos martyrs, prisonniers et blessés représentent une ligne rouge. Ils [Israël] essaient par tous les moyens d’exercent des pressions, par tous les moyens. Ils continuent d’en exercer: «Il vous est impossible de payer», et ils vont même réduire notre argent qui se trouve entre leurs mains. Ils en déduiront le montant que nous payons aux martyrs. Nous avons dit que ceci était une ligne rouge et nous ne le permettrons pas. De 1965 à nos jours, cette question nous est sacrée. Les martyrs et leurs familles sont sacrés, de même que les blessés et les prisonniers. Nous devons tous les payer. Si un centime reste entre nos mains, il est pour eux et non pour les vivants.

Comme si cela n’était pas une preuve suffisante que le dirigeant de l’Autorité Palestinienne et ses hommes de main considèrent la mort d’israéliens et des terroristes qui les assassinent plus que la vie de leur peuple, Abbas a transmis un message officiel la semaine dernière, par le biais de son ministre des Affaires civiles, Si Israël «déduit même un centime» des recettes fiscales, il refusera de recevoir de l’argent.

Bien que cela puisse sembler étrange, voire enfantin, de se couper le nez pour mutiler son visage, il s’agit en réalité d’un geste calculé qui a deux objectifs.

Le premier consiste à montrer aux palestiniens qu’il est tout aussi dur que ses homologues terroristes rivaux du Hamas lorsqu’il s’agit d’anéantir l’État hébreu. Le second est de susciter la condamnation internationale d’Israël au nom de la misère financière de la population palestinienne. Malheureusement, il aura probablement plus de succès avec le second qu’avec le premier.

Ce qui est encore plus troublant, c’est que, avec ou sans les fonds nécessaires pour maintenir la société civile de l’Autorité Palestinienne hors de l’eau, les terroristes continueront d’être à l’abri financièrement. C’est une situation sans issue pour Israël et pour tout palestinien qui préférerait gagner sa vie que de mourir pour le faire.