(UKMediaWatch.org) (UKMediaWatch.org)
The Guardian

Les recherches révèlent que 150 des 187 habitants de Gaza tués lors des émeutes de la « Marche du retour » à la frontière avec Israël étaient affiliés au Hamas ou à d’autres organisations terroristes palestiniennes.

Par: Aryeh Savir, TPS

Des recherches approfondies sur l’identité des habitants de Gaza tués lors des émeutes de la «Marche du retour» à la frontière avec Israël au cours des 42 dernières semaines ont révélé que 150 des 187 victimes étaient affiliées au Hamas ou à d’autres organisations terroristes palestiniennes.

Le Centre d’information sur le terrorisme et le renseignement de Meir Amit (ITIC) a publié un article sur l’identité des personnes tuées lors des émeutes à la frontière de Gaza, indiquant que 80% des victimes étaient des terroristes, et parmi elles figuraient des membres du Hamas, à hauteur d’environ 51%.

Au total, 45 personnes sont mortes parmi les membres de l’armée du Hamas, représentant environ 24% du nombre total de victimes et environ 47% du total des victimes du Hamas.

Ces conclusions sont cohérentes avec les déclarations antérieures de deux hauts responsables du Hamas dans la bande de Gaza. Salah Bardawil avait déclaré en mai 2018 que sur les 63 « martyrs » tués lors d’une journée exceptionnellement violente au début du mois, environ 81% étaient membres du Hamas.

De même, Yahya Sinwar, Président du bureau politique du Hamas dans la bande de Gaza, a déclaré que le 14 mai, plus de 60 membres du Hamas avaient été tués.

L’ITIC a noté qu’un grand nombre de morts appartenant à des organisations terroristes démontrait que la violence à I’encontre de Tsahal près de la frontière n’était pas populaire « comme le voudrait la propagande palestinienne mensongère. »

« Elle est orchestrée par le Hamas et implique de manière significative des membres de l’aile militaire du Hamas ou des membres affiliés au Hamas« , a déclaré l’ITIC.

Les résultats montrent également que les soldats de Tsahal «ne tirent pas aveuglément sur des manifestants« innocents », mais dans la plupart des cas, ciblent et frappent des terroristes spécifiques», a souligné l’ITIC.

Selon le groupe terroriste, 96 personnes affiliées au Hamas ont été tuées, 39 membres du Fatah sont décédés, six terroristes du Jihad islamique, deux terroristes du Front démocratique de libération de la Palestine (FDLP) et six du Front Populaire de libération de la Palestine (FPLP) ont également été tués. 37 autres ont été répertoriés comme «inconnus», probablement des civils prenant part à la violence sur la ligne de front près de la clôture.

Dans la plupart des cas, ce sont ces terroristes qui lancent des grenades et des engins explosifs improvisés sur les forces de Tsahal. Ce sont ces agents qui s’approchent de la barrière de sécurité et tentent de la saboter ou de pénétrer en territoire israélien, a noté l’ITIC.

En outre, certains des membres de ce groupe ont également participé à des tentatives d’attaques terroristes lors des manifestations et ont frappé les troupes de Tsahal déployées sur le terrain.

D’autre part, le nombre relativement faible de «civils ordinaires» sans aucune affiliation organisationnelle qui ont été tués lors des événements de la Marche du retour est frappant, environ 10 000 Palestiniens prenant part aux violences chaque semaine.

Un exemple cité par l’ITIC est celui d’Ahmed Hassan Abu Odeh, 62 ans, du camp de réfugiés d’Al-Bureij. Il a été tué le 7 décembre 2018 lors des émeutes dans la région d’Al-Bureij.

Une brève enquête sur son passé révèle qu’il était un membre actif de l’aile militaire du Hamas. Le mouvement des Frères musulmans, le Hamas et son aile militaire ont publié une affiche annonçant sa mort. Ismail Haniya, chef du bureau politique du Hamas, est arrivé pour une visite de condoléances à la tente où se déroulait le deuil.

De même, Yahya Badr Mohammad al-Hasanat, 37 ans, membre d’Al-Magharaqa, au sud de la ville de Gaza, était un membre du Fatah. Il est décédé le 28 octobre 2018 après avoir été blessé au cours d’une émeute le 26 octobre.

Un réseau du Fatah appelé Kataeb Fursan al-Fatah, les brigades des Chevaliers du Fatah, a publié un avis indiquant qu’Al-Hasanat avait servi en tant que commandant de terrain dans l’organisation.

Mahmoud Nasser Shurab, 20 ou 19 ans, est décédé le 14 juillet 2018 après avoir été blessé dans une émeute du 13 juillet à l’est de Khan Younes.

L’aile militaire du Jihad islamique a publié une déclaration selon laquelle il était un membre de la brigade Khan Younes de l’aile militaire du JIP.