(Shutterstock) (Shutterstock)

Cette découverte pourrait révolutionner la manière dont est pratiquée la chimiothérapie!

Par l’équipe d’Unis avec Israël

Des chercheurs de l’Université hébraïque ont récemment publié une nouvelle technique qui distingue les cellules cancéreuses des cellules saines, permettant ainsi aux patients atteints de cancer de recevoir moins de chimiothérapie et d’avoir moins d’effets secondaires. Les résultats ont été publiés dans Frontiers in Pharmacology.

L’équipe de recherche est dirigée par le professeur Alexander Binshtok, chef du groupe de recherche sur la plasticité de la douleur à la Faculté de médecine de l’Université hébraïque de Jérusalem et par le Centre Edmond & Lily Safra pour les sciences du cerveau.

La plupart des traitements anticancéreux ne sont pas suffisamment spécifiques, ce qui signifie qu’ils attaquent les cellules saines et les cellules malignes dont ils essaient de se débarrasser“, a expliqué Binshtok, selon Arutz Sheva. «Cela entraîne de nombreux effets secondaires graves associés à la chimiothérapie. Éliminer les cellules cancéreuses tout en laissant celles qui sont en bonne santé est une étape importante dans la réduction de la souffrance des patients. “

Les nouvelles découvertes permettent aux médicaments de chimiothérapie de frapper directement les cellules malignes, en évitant les cellules saines.

On espère que cette découverte réduira le nombre de doses de chimiothérapie qu’un patient doit subir. De nombreux patients arrêtent le traitement en raison de la gravité des effets secondaires de la chimiothérapie. De plus, les patients atteints de cancer meurent souvent des effets secondaires de la chimiothérapie, tels que la malnutrition, plutôt que du cancer pour lequel ils sont traités.

L’étude a été réalisée sur des cellules cancéreuses du foie en utilisant l’expression sélective de la protéine TRPV2 par des cellules cancéreuses. La protéine TRPV2 ouvre un canal à l’intérieur des membranes cellulaires. Les scientifiques ont pu “insérer une faible dose de doxorubicine, un agent chimiothérapeutique, par le canal et directement dans les cellules cancéreuses”, selon le rapport.

On espère que les résultats permettront à terme une administration précise de la chimiothérapie aux cellules cancéreuses, réduisant ainsi les doses et soulageant les patients des effets secondaires graves du médicament.