FILE - In this Dec. 22, 2017 file photo, masked members of the Palestinian Al-Quds Brigades, the military wing of the Islamic Jihad group, march with their rifles during a protest against U.S. President Donald Trump's decision to recognize Jerusalem as Israel's capital, in Nusseirat refugee camp, central Gaza Strip. From Lebanon and Syria to Iraq, Yemen, and the Gaza Strip, Iran has significantly expanded its footprint over the past decade, finding and developing powerful allies in conflict-ravaged countries across the Middle East. (AP Photo/Adel Hana, File) AP Photo/Adel Hana, File
Palestinian Islamic Jihad terrorists. (AP Photo/Adel Hana, File)

« L’Iran poursuit la démarche de faire constamment avancer son plan de création d’armes de destruction massive », a déclaré David Barnea.

Par JNS

« Nos défis en matière de sécurité sont très importants, et en tête de liste se trouve l’Iran« , a déclaré mardi le nouveau directeur du Mossad, David Barnea, lors de sa cérémonie de prestation de serment.

« Nous devons le dire haut et fort : l’Iran travaille en ce moment même pour réaliser son rêve nucléaire sous couvert de protection internationale », a déclaré Barnea. « Sous la protection de l’accord [nucléaire de 2015] comme sans cet accord, par des mensonges et des dissimulations, l’Iran est dans la recherche constante de faire avancer son plan de création d’armes de destruction massive« , a-t-il ajouté.

Se référant au cinquième cycle de pourparlers à Vienne entre les puissances mondiales et l’Iran pour négocier un retour à l’accord de 2015, il a déclaré que l’accord émergent ne faisaitt qu’accroître le « sentiment d’isolement » d’Israël, mais qu’Israël se réservait son droit à la liberté d’action et ne fonctionnerait pas selon la « règle de la majorité », car la majorité ne sera pas celle qui paierait le prix de son erreur.

Les propos du nouveau chef du Mossad font écho à ceux du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, qui a déclaré lors de l’événement que s’il devait choisir entre des frictions avec les États-Unis ou faire face à la menace existentielle iranienne, Israël serait contraint de se heurter à « notre grand ami ».

Barnea a promis que le « bras du Mossad » continuerait à opérer de plein fouet contre le programme nucléaire iranien.

« Nous connaissons bien le programme nucléaire et ses différentes parties. Nous connaissons personnellement les travailleurs impliqués et ceux qui les dirigent », a-t-il déclaré.

David Barnea, 56 ans, a servi dans l’unité d’élite de reconnaissance de l’état-major général des Forces de défense israéliennes. De 2019 à nos jours, il a été directeur adjoint du Mossad. Il succède à Yossi Cohen, qui a été directeur du Mossad pendant cinq ans et demi.