(Shutterstock) (Shutterstock)

«Quand j’ai appris qu’il y avait une attaque terroriste planifiée contre des enfants, j’ai… empêché le bain de sang? Pourquoi devraient-ils me brûler? J’ai subi un interrogatoire comme sous Daesh”, a déclaré un détenu de l’Autorité Palestinienne.

Par: l’équipe d’Unis avec Israël

Les détails de la situation tragique des détenus arabes détenus par l’Autorité Palestinienne ont été révélés la semaine dernière lorsque la Commission des affaires intérieures et de l’environnement de la Knesset a tenu une session extraordinaire sur les pratiques de torture de l’Autorité palestinienne et sur ce que Israël devrait faire à ce sujet.

Walid, un arabe qui a été arrêté et torturé par l’Autorité Palestinienne pour avoir aidé à prévenir le massacre d’enfants israéliens, s’est rappelé les circonstances dans lesquelles il avait été condamné à mort “parce que j’avais empêché un attentat terroriste. J’avais accompli un travail sacré”.

Grâce à cela, des enfants ont été élevés et n’ont pas été tués, et j’ai fait ce que je devais faire“, a-t-il ajouté. “La peine que j’ai reçue était la peine de mort, parce que je voulais la paix plutôt que des attaques terroristes.”

«Quand j’ai appris qu’il y avait une attaque terroriste contre des enfants, je me suis levé et j’ai empêché l’attaque. Qu’ai-je fait de mal? Parce que j’ai arrêté le bain de sang? Pourquoi devraient-ils me brûler? J’ai subi un interrogatoire comme sous Daesh

Il a raconté comment “pendant deux semaines, j’étais la tête en bas et les jambes vers le haut, jusqu’à ce que ma tête enfle. On m’a donné des douches chaudes et froides. Ils m’ont mis dans une armoire avec un filet et ont jeté sur moi toutes leurs ordures. Ils m’ont frappé à l’endroit où j’ai été opéré; m’ont forcé à m’asseoir sur une bouteille en verre.

Israël ‘m’a respecté’

Walid a également été soumis à un interrogatoire en Israël…  Mais celui-ci a pris une toute autre forme: “Ils m’ont donné à manger, au Ramadan, ils m’ont respecté. Ici, un chien vit mieux qu’un être humain. Je suis entré en contact avec les personnes qui vivent dans la justice“, a déclaré Walid.

Pourquoi ai-je empêché un attentat terroriste? Depuis mon plus jeune âge, j’ai été élevé dans des mosquées et on m’a dit que les juifs s’emparaient du terrain. J’ai été incarcéré dans une prison israélienne pour vol de voiture.On m’y a opéré d’une jambe. J’ai été soigné et ai bénéficié de rééducation. J’ai vu que ce peuple [les israéliens], dont on m’avait raconté qu’il était mauvais, m’a ai. Je suis retourné dans les territoires [AP] avec un état d’esprit différent, la conviction que ce peuple aide vraiment les autres “, a-t-il expliqué.

L’avocat Kedem Barak, qui représente 63 Palestiniens qui ont été torturés par l’AP, a déclaré auprès du comité qu’il y avait eu «un choc électrique, des ongles arrachés, une castration. Trois femmes, dont deux ont été assassinées sans procès; la troisième femme a été torturée et son œil a été arraché. “

Laila a perdu son mari, soupçonné d’avoir collaboré avec Israël… Le fils de Laila a été arrêté parce qu’il était soupçonné de collaborer [avec Israël]. Sa sœur a été amenée en prison pour le faire avouer. Il a avoué et plusieurs heures plus tard, ils ont appelé la mère pour qu’elle vienne chercher le corps de la jeune fille. Ils ont arrêté Laila et sa sœur. On a retrouvé sa sœur, tuée par balle dans la rue. Et ils lui ont arraché un œil “, a-t-il rappelé.

Le Président par intérim du Comité, le député Bezalel Smotrich, a déclaré que “le silence d’Israël face aux tortures infligées aux résidents arabes lors de leur arrestation par l’Autorité Palestinienne était la [situation] la plus contraire à l’éthique.”

“Les pires violations des Droits de l’Homme au monde”

Il a déclaré qu’Israël devait allouer des ressources et fournir des outils pour lutter contre la violence de l’Autorité palestinienne.

«Nous ne voulons pas être des occupants, mais est-ce acceptable de les torturer, de les violer et de les assassiner? Nous portons la responsabilité en vertu de notre devoir moral en tant que peuple juif… c’est l’une des pires violations des Droits de l’Homme dans le monde. Cela n’intéresse pas la gauche, ni les organisations qu’on appelle organisations de défense des Droits de l’Homme. C’est du racisme “, a affirmé Smotrich.

Un rapport récent de Human Rights Watch (PMW) a montré que les forces de sécurité des gouvernements palestiniens rivaux recouraient fréquemment à la torture et à des arrestations arbitraires.

Parmi les exactions présumées: fouetter les pieds, contraindre les détenus à des positions douloureuses, lever les bras derrière le dos avec une corde et contraindre les suspects à donner accès à leurs téléphones portables et leurs comptes sur les réseaux sociaux.

Selon HRW, le recours systématique à la torture pourrait constituer un crime contre l’Humanité au sens de la Convention des Nations Unies contre la torture et a appelé les pays qui financent les forces de l’ordre palestiniennes à suspendre leur assistance.