Shutterstock Shutterstock

Davantage de rappels ou la combinaison de différents types de vaccins pourraient mieux fonctionner chez les personnes âgées, d’après les connaissances du Technion sur le vieillissement du système immunitaire.

Par Abigail Klein Leichman, ISRAEL21c

La population âgée semble être plus vulnérable au Covid-19, et les vaccins sont moins efficaces pour les protéger. Désormais, nous savons pourquoi.

Pour sa thèse de doctorat, sous la direction du professeur d’immunologie Doron Melamed, Reem Dowery, étudiante diplômée du Technion-Israel Institute of Technology, a exploré le processus de vieillissement du système immunitaire et les moyens de le rajeunir.

Les résultats apparaissent dans la revue Blood.

Dowery a expliqué que les cellules du système immunitaire appelées lymphocytes B mémoire étaient responsables de la production à long terme d’anticorps efficaces. Ils se forment en réponse à un nouvel agent pathogène tel qu’un virus. Les expositions ultérieures à cet agent pathogène déclenchent une réponse immunitaire accélérée et augmentée de ces cellules mémoires pendant de nombreuses années.

Les scientifiques savaient déjà que la formation de lymphocytes B mémoire n’était pas aussi efficace chez la population âgée, ce qui les expose à un plus grand risque face à de nouveaux agents pathogènes tels que le coronavirus SARS-CoV-2.

L’étude menée dans le laboratoire de Melamed a révélé que, dans le cadre du processus de vieillissement, les lymphocytes B mémoire existants utilisent des signaux hormonaux pour entraver la production de nouveaux lymphocytes. En conséquence, le système immunitaire réagit mieux aux agents pathogènes qu’il a rencontrés auparavant, mais se révèle moins capable de s’adapter aux nouvelles menaces.

À la recherche d’une solution à ce problème, le laboratoire de Melamed a collaboré avec les départements d’hématologie et de rhumatologie du Tel Aviv Sourasky Medical Center et du Rambam Health Care Campus à Haïfa, respectivement.

Ils ont examiné des patients âgés qui avaient subi une déplétion en lymphocytes B comme traitement pour des affections telles que le lupus, le lymphome et la sclérose en plaques. Ils ont découvert qu’après l’élimination d’une quantité importante de lymphocytes B mémoire, le système immunitaire des patients était rajeuni et recommençait à produire de nouveaux lymphocytes B mémoire très puissants.

Dowery et Melamed offrent la possibilité d’utiliser l’hormonothérapie pour déclencher l’épuisement des cellules B et le rajeunissement du système immunitaire.

Melamed a déclaré à ISRAEL21c que les nouvelles informations pourraient entraîner des changements pratiques dans la prévention de l’infection à Covid chez les personnes âgées.

« Un bon exemple est d’adapter une stratégie de vaccination appropriée pour les personnes âgées. Si ce groupe de personnes ne parvient pas à générer une bonne mémoire durable au Covid, peut-être qu’en utilisant une stratégie de vaccination plus fréquente comme approche préventive, cette population sera plus protégée », dit-il.

« Un autre exemple consiste à envisager d’utiliser une technologie vaccinale différente en combinaison avec la stratégie actuelle de vaccination basée sur l’ARNm. Cela pourrait peut-être activer des voies immunologiques supplémentaires qui pourraient compenser la formation altérée de la mémoire [immune].«