(Tal Rogovski) (Tal Rogovski)
Menorah Tiberius

“Jérusalem est un symbole religieux pour les Juifs, [qui] est tout aussi saint pour eux que la Mecque et Médine le sont pour les musulmans”, a déclaré un universitaire saoudien.

L’Arabie Saoudite n’en finit plus de surprendre!
Ses représentants ne sont en effet plus les seuls à prendre des positions inattendues au sujet de l’actualité, notamment suite à la déclaration de Donald Trump sur Jérusalem: les voix des universitaires saoudiens commencent également à s’élever.
C’est ainsi que l’un d’eux a récemment défendu la décision des Etats-Unis de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, et a appelé les Arabes à “accepter”  que les racines historiques de l’Etat d’Israël se situent dans la ville sainte. Une initiative qui, selon lui, pourrait finalement apporter la paix dans la région.

Abdulhameed Hakeem, directeur du Centre des études stratégiques et juridiques du Moyen-Orient à Djeddah, estime ainsi que la déclaration du président Donald Trump sur Jérusalem «provoquera un choc positif qui fera bouger l’eau stagnante qui entoure les négociations [diplomatiques]».

(Nous,) Arabes, [nous] devons parvenir à un accord avec l’autre partie et savoir quelles sont ses exigences afin de pouvoir aboutir dans les négociations de paix“, a déclaré M. Hakeem au travers d’un discours prononcé sur la chaîne arabe (basée aux Etats-Unis) al-Hurra.

Nous devons admettre et réaliser que Jérusalem est un symbole religieux pour les Juifs, qui est tout aussi saint pour eux que La Mecque et Médine le sont pour les musulmans“, a déclaré Hakeem.

Ce dernier ne s’est pas contenté d’affirmer de tels propos favorables à l’Etat juif, mais est allé plus loin, tournant en dérision l’antisémitisme islamique, expliquant qu’il avait été inculqué par les dirigeants arabes pour des «intérêts purement politiques».

“La mentalité arabe doit se libérer de l’héritage de [l’ancien président égyptien] Gamal Abdel Nasser et de l’islam politique des sectes sunnites et chiites, qui a inculqué la haine du juif et nie leur droit historique sur la région à des fins purement politiques”, a affirmé l’universitaire.

Sans grande surprise, les propos de Hakeem ont été immédiatement suivis de réactions de colère sur les réseaux sociaux, comme l’a rapporté le quotidien britannique Al-Araby Al-Jadeed, Pour la plupart, ces réactions en ligne condamnaient sévèrement ce que leurs auteurs ont considéré comme un appel à la “normalisation des relations” avec Israël.

Rétablir la vérité sur Jérusalem

Hakeem n’est pas seul dans ce combat: d’autres voix d’érudits musulmans commencent à s’élever en vue de rétablir la vérité sur l’Histoire de Jérusalem.

Pour certains d’entre eux, il ne s’agit pas juste de réaffirmer la véracité des liens entre le peuple juif et la Terre d’Israël, mais parfois même de nier ceux des musulmans avec cette même Terre.
A ce titre, Mobarak Haidar, célèbre historien pakistanais et auteur de plusieurs livres, a récemment et publiquement déclaré à l’attention des «musulmans du monde» qu’ils «n’avaient aucune base religieuse pour gouverner Jérusalem».

Après avoir à son tour reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël , Haidar a publié des commentaires sur sa page Facebook  «Jérusalem et les revendications musulmanes», visant à détruire ce qu’il considère être des mythes entourant la ville, capitale du peuple juif depuis 3000 ans, soit bien avant que l’islam ne soit proclamé, toujours d’après ses propos.

Le célèbre érudit égyptien et romancier Youssef Ziedan a adopté la même ligne directrice. Ainsi, il a concédé dans une interview en décembre 2015 que la  mosquée Al-Aqsa de Jérusalem n’était pas la mosquée Al-Aqsa mentionnée dans le Coran et que le complexe du Mont du Temple au cœur de la capitale israélienne n’était en rien sacré pour les musulmans: se basant sur les propos d’antiques érudits, Ziedan a déclaré que la mosquée Al-Haram et la mosquée Al-Aqsa étaient “sur la route de la Mecque à Ta’if”. Il a également contesté l’authenticité d’autres histoires prêtées à Mahomet selon la tradition musulmane.

Pour rappel, le Mont du  Temple constitue le site le plus sacré du judaïsme , sur lequel se trouvaient les premier et second temples sacrés. Les liens entre le peuple juif et ce site ne font plus débat, démontrés par de nombreuses découvertes archéologiques et autres documentations historiques. 

Par l’équipe d’Unis avec Israël