Kindergarten children in Gaza (Abed Rahim Khatib/Flash 90) Kindergarten children in Gaza (Abed Rahim Khatib/Flash 90)
Gaza-kindergarten

L’utilisation par le Hamas d’enfants comme boucliers humains et comme appâts lors des soi-disant émeutes hebdomadaires de la Marche du Retour fait l’objet de critiques croissantes à Gaza.

Par: TPS

Un journaliste basé à Gaza et ayant des liens avec les dirigeants du Hamas a edécrit à TPS la manière dont le Hamas attirait les enfants afin de les faire se rapproche de la frontière avec Israël, mettant ainsi leurs vies en danger.
Cette tactique pousse désormais les locaux à accuser le groupe terroriste d’avoir inutilement sacrifié leurs enfants en vue d’ “accomplissements dérisoires.”

La stratégie du Hamas consiste également à envoyer des bus en direction des mosquées, où les enfants pratiquent des activités.
Les enfants sont ensuite envoyés en bus à la barrière frontalière. Chaque groupe de mosquées est affecté à une zone désignée sur la clôture. Le Hamas fournit des rafraîchissements, de la nourriture et des divertissements pour inciter les enfants à les rejoindre. Le Hamas a récemment ajouté une connexion Wi-Fi gratuite à l’expérience, qui permet aux enfants de surfer sur le net pendant que le Hamas diffuse des images en direct de la violence.
Le Hamas contrôle totalement le niveau de violence sur la clôture et commande le nombre de bus chaque semaine. conformément à la décision de ses dirigeants quant à l’ampleur et à la violence des manifestations. Les plans sont finalisés le mercredi et on peut évaluer l’ampleur de la manifestation en suspens le vendredi en fonction du nombre d’autobus commandés par le Hamas cette semaine-là.
Le Hamas contrôle les hostilités dans la mesure où il a publié un décret religieux prévoyant quiconque la barrière de sa propre volonté et était tué ne serait pas considéré comme un “shahid”, un martyr tué par les infidèles.

Le journaliste a noté que le Hamas perdait progressivement son soutien à Gaza, et avait donc ajouté de nouveaux moyens pour inciter les enfants à se rendre à la frontière , dont des cadeaux. Il a ajouté que le nombre de critiques du public sur l’utilisation d’enfants par le Hamas ne cessait de croître et que l’expression “commerce d’enfants contre du poisson” s’était répandue, se moquant du fait que le Hamas ait décidé récemment d’étendre les zones de pêche au large de Gaza en échange d’un contrôle sur la violence hebdomadaire à la frontière.

Selon les gazaouis, même si plusieurs enfants sont morts au cours des émeutes qui ont eu lieu le long la barrière, le maigre exploit du Hamas un an plus tard réside en une zone de pêche élargie. Enfin, le journaliste a noté l’ironie des droits de pêche élargis. La situation à Gaza est telle que même si les pêcheurs peuvent importer plus de poissons, personne ne les achète car les gens n’ont pas d’argent et les étals restent chargés de leurs prises, en raison de la situation économique désastreuse créée par le Hamas dans la bande de Gaza, consistant à détourner des ressources au profit de sa campagne de terrorisme de masse.