Tout nouvel exemple de la génération pleine de haine que sont en train de produire les dirigeants palestiniens: l’apprentissage de la haine du juif et d’Israël se fait désormais… dans les cours de récréation!

Par l’équipe d’Unis avec Israël

Plusieurs manifestations se sont déroulées en Judée, en Samarie, dans la bande de Gaza ou encore à Jérusalem depuis l’annonce par le Président Trump de la reconnaissance de Jérusaiem comme capitale d’Israël le mois dernier.
La jeunesse a fait partie intégrante des événements: plusieurs enfants et adolescents ont pris part aux violents cortèges, alors que certaines écoles étaient même fermées pour leur permettre d’y prendre part. Les campagnes de protestation ont même recruté plusieurs enfants d’âge préscolaire.

En parallèle aux écoles fermées pour l’occasion, d’autres établissements ont pris le parti de plutôt rester ouverts, et de contribuer à l’endoctrinement d’une toute autre façon.
A titre d’exemple, l’école maternelle affiliée au Jihad islamique palestinient al Huda dans le quartier Zeitun de la ville de Gaza a entrepris de présenter un spectacle aux enfants et enseignants. La morale de la représentation: il est du devoir sacré de chacun de tuer des juifs et de se battre pour la destruction d’Israël et la prise de contrôle palestinienne de Jérusalem.
La mise en scène était bien travaillée: des enfants jouaient le rôle de musulmans priant sur le Mont du Temple, encerclés par les forces de sécurité israéliennes. En pleine prière, certains se faisaient alors abattre par des « soldats israéliens ». Riposte immédiate des autres musulmans, qui tuent les soldats de Tsahal et s’emparent de leurs armes, avant de brandir des drapeaux et pancartes affichant « Jérusalem est à nous ».

Bien évidemment, le spectacle était également accompagné de musiques de propagande,  faisant l’éloge de la lutte et de la mort des martyrs musulmans, les shahids , pour l’amour d’Allah.

Les photos de l’horrible prestation ont été fièrement affichées sur la page Facebook de la maternelle. De même, une vidéo de la performance a été téléchargée sur les réseaux sociaux.

Inculquer la haine dès le plus jeune âge

« Le spectacle, qui faisait partie de la campagne contre la déclaration de Donald Trump, est un autre exemple du lavage de cerveau d’enfants, les encourageant à la violence contre Israël« , a déclaré le Centre d’Information sur le Renseignement et le Terrorisme (ITIC) de Meir Amit.

« Cela fait partie de l’éducation palestinienne, formelle et informelle, qui favorise une culture de la haine qui alimente le terrorisme, la violence et l’incitation anti-israélienne« , a souligné l’ITIC. « La perception nationale et religieuse est inculquée dès le plus jeune âge, de même que le récit anti-israélien, qui leur enseigne qu’une lutte armée contre Israël est la voie qui libèrera la » Palestine « .« 

Ce n’est pas la première fois que des enfants d’al-Huda organisent une représentation encourageant le meurtre d’Israéliens. Lors de la fête de fin d’année scolaire au mois de mai dernier, les élèves avaient déjà «tué» des enfants déguisés en juifs orthodoxes devant un barrage routier, jouant le rôle de membres des forces d’élite de Noukhba du Hamas. Selon l’histoire de la pièce, l’attaque était en représailles contre les «Juifs» qui avaient tué un garçon palestinien et sa sœur.

L’école maternelle al-Huda est gérée par l’Association de charité islamique Dar al-Huda. L’association a été fondée dans la bande de Gaza en 1993 et ​​enregistrée conformément à la loi de l’Autorité palestinienne (AP) en 1995. Elle opère dans la bande de Gaza, se concentrant principalement sur les soins aux enfants et fournissant des services de santé et de bien-être.

L’association est étroitement liée au djihad islamique palestinien, bien qu’elle s’attache à minimiser ce lien sur les sites officiels. Le djihad islamique palestinien gère 12 écoles maternelles dans la bande de Gaza ainsi que deux écoles, l’une dans le quartier de Zeitun et l’autre à Bet Lahia.

Le président du conseil d’administration est le cheikh Omar Fura, également connu sous le nom d’Abu Usama, un haut responsable du djihad islamique palestinien dans la bande de Gaza. Il prêche également dans les mosquées de la bande de Gaza et représente le jihad islamique palestinien lors de divers événements.

Le système éducatif de l’AP empoisonne régulièrement les enfants palestiniens en les éduquant à haïr Israël et les Israéliens et en véhiculant des messages de promotion de la terreur. Au-delà des jeux scolaires, l’AP utilise d’autres moyens culturels tels que des événements sportifs et des camps d’été pour cet objectif.