President Donald Trump and PM Netanyahu at the UN headquarters. (Avi Ohayon/GPO) (Avi Ohayon/GPO)
Netanyahu Trump

Le plan de paix du gouvernement Trump pour le conflit israélo-palestinien n’inclurait pas la création d’un État palestinien, mais seulement une autonomie, selon un rapport paru dans le Washington Post.

Selon le rapport, le plan sera présenté au printemps ou au début de l’été, et comprend la reconnaissance d’Israël par les pays arabes et répond aux besoins de sécurité de l’État hébreu.
Le “cerveau” du plan, dont les détails officiels sont toujours gardés dans le secret le plus absolu, serait Jared Kushner, gendre et conseiller spécial du Président Donald Trump. Kushner travaille sur ce plan depuis son entrée en fonction, il y a deux ans.

Trump a déclaré à ses proches qu’à travers son “Accord du siècle“, il souhaitait réfuter l’approche traditionnelle en matière de résolution de crise. Mais contrairement à sa diplomatie personnelle et non conventionnelle avec la Corée du Nord, le Président américain a laissé les efforts principaux à son gendre. Les sources arabes impliquées dans les efforts de Kushner n’ont pas fourni de détails mais suggèrent que le plan encourage de grandes opportunités économiques pour les palestiniens et la consolidation du contrôle israélien dans les territoires disputés.
Kushner a décrit le plan comme fondé sur quatre principes fondamentaux: liberté, respect, sécurité et opportunités, tandis que 37 anciens dirigeants européens ont exhorté l’Union européenne (UE) à réaffirmer son soutien à une solution du conflit israélo-israélien à deux États.

Dans une lettre publiée par le journal britannique The Guardian, de hauts responsables, dont six anciens premiers ministres et 25 anciens ministres des Affaires Etrangères, demandent le rejet du plan de paix Trump au motif qu’il est partial en faveur d’Israël et au détriment des palestiniens. “Nous pensons que l’Europe devrait adopter et promouvoir un plan qui respecte les principes fondamentaux du droit international tels qu’ils sont reflétés dans les paramètres convenus de l’UE pour la résolution du conflit israélo-palestinien“, ont écrit les dirigeants européens, appelant à l’adoption de un programme qui inclut la création d’un État palestinien et avec Jérusalem comme capitale partagée.
Malheureusement, l’administration américaine actuelle s’est écarté de la politique américaine de longue date “.
Selon la lettre, Washington “a fait preuve d’une indifférence inquiétante à l’égard de l’expansion des colonies de peuplement israéliennes. Les États-Unis ont suspendu les fonds destinés à l’agence des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) et à d’autres programmes bénéficiant aux palestiniens.
Ainsi, l’administration américaine “met en jeu la sécurité et la stabilité de plusieurs pays situés aux portes de l’Europe“.

Source: Aurora