Joseph-Philibert Girault de Prangey,

En 2004, la célèbre maison de ventes londonienne Christie’s a mis au jour un trésor pour les amateurs de photographie: la collection de daguerréotypes de Joseph-Philibert Girault de Prangey, auteur des premières images que l’appareil photo  a capturées à Jérusalem la première moitié du XIXème siècle.

L’une des singularités de la collection est que ces daguerréotypes étaient pratiquement inconnus jusque-là, car l’auteur – une personnalité singulière – n’avait jamais voulu les montrer. En fait, il s’en est servi pour réaliser des croquis, et non comme des œuvres d’art en elles-mêmes.

C’est le comte Charles de Simony, un parent éloigné de Joseph-Philibert Girault de Prangey, qui a découvert le trésor photographique lorsqu’il a acheté le manoir de l’artiste à ses héritiers, incapables de payer ses impôts. La collection de daguerréotypes a été conservée dans des boîtes dans la maison du lieu bucolique de Courcelles-Val-d’Esnoms, une maison de maître avec prétentions d’une villa dans la Corne d’Or – d’après des descriptions littéraires de 1910 – où des murs et des fenêtres ont été installés.

Son propriétaire, alors décédé, et dont les ancêtres étaient les propriétaires du château de Prangey, était né à proximité, le 21 octobre 1804. Après des études d’arts plastiques à Paris – et très intéressé par l’architecture de style oriental – inspiré par l’esthétique du romantisme zrl’orientalisme, il se rend en Espagne dans le but de découvrir l’Alhambra de Grenade, Cordoue, Séville, etc. puis, le Moyen-Orient, imitant les voyages – le grand tour, tel qui s’appelait à l’époque – de Chateaubriand. Un voyage de deux ans qui le conduisit à travers la Sicile, Rome, la Grèce, Alexandrie, Le Caire, Constantinople, Jérusalem, Baalbek, Alep, tous les lieux visités par lui et son appareil photo et, dans la plupart des cas, pour la première fois.

Il mourut à l’âge de 88 ans, un après-midi neigeux en décembre 1892. Des années plus tard, ses héritiers – ruinés après la Première Guerre mondiale – ont dû vendre tous ses biens, et c’était le comte Charles de Simony qui les a achetés et a pu découvrir les premières illustrations de cette Jérusalem que nous ne connaissions jusque là qu’à travers les descriptions des livres.