Israeli Finance Minister Yair Lapid (Roni Schutzer/FLASH90) Israeli Finance Minister Yair Lapid (Roni Schutzer/FLASH90)

Le ministre israélien des Affaires étrangères a assuré qu’Israël soutiendrait un « bon » accord qui empêcherait la République islamique d’acquérir des armes nucléaires.

Source : Aurora

Israël préfère que les puissances mondiales abandonnent les négociations nucléaires avec l’Iran avant qu’elles ne parviennent à un « mauvais accord« , a souligné le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid.

Lors d’une interview avec le New York Times, Lapid a déclaré que le meilleur scénario serait un accord nucléaire qui restreindrait de façon permanente la capacité de l’Iran à s’armer de la bombe atomique.

 » Nous n’avons aucun problème avec un accord. Un bon accord est une bonne chose », a déclaré Lapid.

« La deuxième meilleure option serait de ne pas parvenir à un accord, mais de durcir les sanctions et de s’assurer que l’Iran ne puisse pas aller de l’avant. La troisième et la pire serai un mauvais accord.

« La plupart des israéliens, y compris au sein de l’opposition, ont estimé que le JCPOA n’était pas un assez bon accord », a déclaré le ministre, faisant référence au pacte nucléaire par son nom officiel, le « Plan d’action global conjoint ». Cela serait en partie dû à ses « clauses d’extinction » sur les activités d’enrichissement, qui, selon le ministre, permettraient à l’Iran de produire autant de matières nucléaires qu’il le souhaite à partir de 2030.

Au cours de l’entretien, Lapid a exclu l’établissement imminent de relations diplomatiques avec l’Arabie saoudite ou l’Indonésie, mais a souligné qu’Israël menait des pourparlers avec des pays qui avaient précédemment décidé de boycotter Israël jusqu’à ce que le conflit avec les Palestiniens soit résolu, mais envisagent maintenant de normaliser les relations. .

Lapid a exclu une dissension avec l’Arabie saoudite et l’Indonésie, indiquant qu’il était trop tôt pour parler d’un rapprochement total. Cependant, il a reconnu que des pourparlers étaient en cours avec « certains pays« .

Le ministre des Affaires étrangères a également souligné que son gouvernement se concentrait beaucoup plus sur des questions internes telles que la protection des institutions démocratiques et la sauvegarde de l’économie, plutôt que de trouver une solution au conflit avec les palestiniens.

Il a également souligné l’opposition d’Israël aux efforts américains pour rouvrir un consulat américain pour les palestiniens à Jérusalem, notant que cela constituerait un défi à la souveraineté israélienne dans la ville sainte.

« Jérusalem est la capitale d’Israël », a déclaré Lapid. « Dès lors, nous estimons qu’il ne peut y avoir qu’une seule ambassade et un seul consulat pour Israël à Jérusalem. »

L’interview fait suite à la rencontre de Lapid avec le conseiller américain à la sécurité nationale Jake Sullivan, qui s’est rendu à Jérusalem cette semaine.

Selon le quotidien Israel Hayom, Sullivan a déclaré aux responsables israéliens que Washington avait élaboré un plan de mesures punitives contre l’Iran, au cas où les pourparlers nucléaires à Vienne échoueraient.

Les mesures punitives incluraient des sanctions plus sévères contre l’économie iranienne, en particulier sur l’importation et l’exportation de pétrole, ainsi qu’une condamnation au Conseil de sécurité de l’ONU, des sanctions directes contre de hauts responsables iraniens, etc.