President Donald Trump (AP/Manuel Balce Ceneta)

L’administration Trump a demandé dans son projet de budget pour 2020, publié lundi, à ce que les États-Unis continuent de ne fournir aucune aide fiscale aux « palestiniens » de Judée-Samarie et de Gaza.

Par JNS.org et l’équipe d’Unis avec Israël

Au cours des dernières années, l’administration Trump a mis un terme à l’assistance américaine au profit des « palestiniens » en adoptant des mesures telles que la loi Taylor Force Act et la loi antiterroriste Clarification Act, qui obligent les gouvernements palestiniens à cesser de verser des salaires aux terroristes et à leurs familles, en guise de rémunérations d’actions violentes et parfois meurtrières.

Les États-Unis ont ainsi mis un terme financement de l’agence des Nations Unies dédiée aux palestiniens (UNRWA) au mois d’août.

Pour le nouveau budget; l’administration a demandé que l’aide américaine à Israël soit maintenue 3,3 milliards de dollars.

En 2018, le Département d’État avait annoncé que les États-Unis, qui étaient jadis le plus gros contributeur de l’UNRWA avec une aide annuelle de 350 millions de dollars, n’apporteraient aucune contribution supplémentaire à l’organisme.

« Nous rejetons totalement et condamnons cette décision américaine« , avait alors répondu Saeb Erekat, secrétaire général du Comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Pendant des années, l’UNRWA avait été accusée d’exacerber, plutôt que de le résoudre, le problème des « réfugiés » palestinien et le programme des écoles qu’il parrainait favorisaient le terrorisme et la violence contre les civils israéliens à la paix.