Shutterstock Shutterstock

«Une vision a été définie par les dirigeants de ces pays», a déclaré l’ambassadeur des Émirats arabes unis aux États-Unis, Yousef Al Otaiba.

Par Shiryn Ghermezian, JNS

L’ambassadeur émirati aux États-Unis a déclaré dimanche qu’Israël et les Émirats arabes unis espèrent coopérer pour faire des progrès dans tous les domaines après la signature des accords d’Abraham.

L’ambassadeur des Émirats arabes unis aux États-Unis, Yousef Al Otaiba, était l’invité principal du gala virtuel 2020 de la Fédération juive irano-américaine dimanche soir. Au cours de ses remarques, il a souligné «la coopération significative» entre les EAU et Israël depuis la signature de l’accord de normalisation le 15 septembre, y compris dans l’intelligence artificielle, les soins de santé et la création de vols commerciaux à destination et en provenance des deux pays.

«Nous prévoyons une multitude d’autres coentreprises similaires dans pratiquement tous les secteurs à l’avenir», a-t-il déclaré. «Au fur et à mesure que les échanges et les investissements seront réalisés, la relation ne fera que croître. Plus de business signifie plus de relations interpersonnelles, plus de compréhension et, finalement, plus d’intérêts partagés. »

«Une vision a été définie par les dirigeants de ces pays. Il appartient maintenant à nous tous, au gouvernement et au secteur privé, d’en faire une réalité réussie. Nous devons créer un avenir meilleur ensemble », a-t-il ajouté.

L’ambassadeur a également noté que «au-delà des opportunités économiques évidentes», il attend avec impatience l’épanouissement des relations personnelles entre les deux pays.

«Nous allons voir une génération de jeunes travailler ensemble pour relever les défis de demain. Et qu’il s’agisse des soins de santé, de l’agriculture, de la conversation ou de la technologie, les EAU et Israël ou vont être à l’avant-garde de ce travail dans notre région », a-t-il déclaré. «Lorsque les gens apprennent à se connaître, les conflits sont réduits et la paix devient réalité.»

«Nous ne pouvons pas prendre ce moment pour acquis», a-t-il conclu. «L’opportunité se présente et nous devons lui ouvrir la porte.»

Le gala a également présenté le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, qui a expliqué comment la pandémie de coronavirus avait entraîné des «défis et des opportunités», et que les gens devraient être «une source de force et de soutien les uns pour les autres, quoi qu’il arrive».

L’événement en ligne s’est conclu par une performance de la chanteuse et actrice irano-israélienne Liraz Charhi, vedette de la série Apple TV «Téhéran», qui a interprété l’un de ses airs iraniens préférés dans une salle de la vieille ville de Jaffa.

L’IAJF a levé plus de 5 millions de dollars à la suite du gala.