(AP/Adel Hana) (AP/Adel Hana)
Hamas violent protests

“Avant la promesse de Balfour, lorsque le règne ottoman (1517-1917) s’est achevé, les frontières politiques de la Palestine telles que nous les connaissons aujourd’hui n’existaient pas, et il n’existait rien sous le nom de peuple palestinien avec une identité politique telle que nous la connaissons aujourd’hui”, a déclaré l’historien Abd Al-Ghani.

Par: Judith Bergman

L’un des mensonges les plus importants, les plus tenaces et les plus coûteux de notre temps est la notion selon laquelle le djihad mené par les arabes sous l’Autorité Palestinienne et à Gaza contre les juifs en Israël constitue le soulèvement national d’un peuple indigène en vue d’indépendance.

Quels que soient les faits, le mensonge persiste, à hauteur de milliards de dollars d’aide internationale et de prestige politique, ce qui rend de plus en plus difficile pour n’importe quelle personne impliquée d’admettre que tout cela n’est rien d’autre qu’un coup de propagande.

Contrairement au conte de fées de The Emperor’s New Clothes, chacun prétend être aveugle et sourd lorsqu’il est démontré que l’empereur est nu. En réalité, si l’empereur en personne se levait et criait “Je suis nu, rentrez chez vous!“, la foule continuerait à le complimenter sur ses vêtements inexistants.

C’est exactement ce qu’a fait l’empereur nu la semaine dernière.

Avant la promesse de Balfour, lorsque l’empire ottoman (1517- 1917) s’est achevé, les frontières politiques de la Palestine telles que nous les connaissons aujourd’hui n’existaient pas, et il n’existait rien sous le nom de peuple palestinien avec une identité politique telle que nous la connaissons aujourd’hui”, a reconnu l’historien Abd Al-Ghani sur la TV officielle de l’Autorité Palestinienne le 1er novembre.

Depuis les lignes de la division administrative de la Palestine ont été étendues d’est en ouest et comprenaient la Jordanie et le sud du Liban, et comme tous les autres peuples de la région, (les palestiniens) ont été libérés du règne turc et ont immédiatement basculé sous un régime colonial, sans former d’entité politique de peuple palestinien“.

En 1917, a déclaré l’historien arabe sur la télévision officielle PA TV, il n’existait pas de chose telle qu’un peuple palestinien. Cette déclaration revient à déclarer que tout le récit d’un “peuple indigène palestinien” a été écrit plus tard dans l’Histoire.

Qui sont les palestiniens?

Comme l’a dit le Ministre de l’Intérieur du Hamas Fathi Hammad, alors qu’il s’exprimait sur Al-Hekma TV en mars 2012: “Frères, la moitié des palestiniens est égyptienne et l’autre moitié est saoudienne. Qui sont les palestiniens? Nous avons plusieurs familles du nom d’Al-Masri, dont les racines sont égyptiennes. Égyptiennes! Elles peuvent venir d’Alexandrie, du Caire, de Dumietta, du Nord, de Awsan, de Haute-Egypte. Nous sommes égyptiens…”.

Il y a une raison pour laquelle le “Musée National Palestinien” est vide d’artefacts historiques.

L’admission des historiens arabes corrobore les observations des voyageurs du 19ème siècle dans la région, qui n’avaient notamment pas de programme politique spécifique lorsqu’ils ont effectué leur visite, à la différence de tant de visiteurs en Israël aujourd’hui:

A l’extérieur des portes de Jérusalem, nous n’avons en effet vu aucun objet vivant, entendu aucun son vivant“, avait écrit le poète français Alphonse de Lamartine au sujet de sa visite en 1835.

Le pays est dans une large mesure vide d’habitants et donc son plus grand besoin réside dans une population“, a écrit le Consul britannique James Finn dans sa description de la Terre Sainte en 1857.

La Palestine repose sur des sacs et des cendres. Au-dessus, le sortilège d’une malédiction qui flétrissait ses champs et entravait ses énergies… La Palestine est déserte est désagréable… C’est une Terre désespérée, au cœur brisé“, a écrit l’auteur américain Mark Twain dans la description de sa visite en 1867.

Cependant, la machine de propagande arabe s’en tire en publiant de fantastiques mensonges, tels que celui-ci sur le site du tourisme de l’Autorité Palestinienne: “Avec une Histoire qui enveloppe plus d’un million d’années, la Palestine a joué un rôle important dans la civilisation humaine. Le creuset des cultures préhistoriques, c’est là où s’est établie la société, l’alphabet, la religion, et la littérature développée, et devrait devenir un lieu de rencontre pour diverses cultures et idées qui ont façonné le monde que nous connaissons aujourd’hui”.

La communauté internationale ne se contente pas d’approuver ces mensonges, elle paye pour eux avec joie!

Personne ne fait attention

La déclaration de l’historien Abd Al-Ghani sur la télévision de l’Autorité Palestinienne fut un aveu historique, qui aurait dû être largement médiatisé et aurait dû faire les gros titres partout, au regard de l’importance qui est accordée à la question par les dirigeants politiques, les diplomates, les médias et autres figures importantes à travers le monde.

Après tout, si les arabes eux-mêmes admettent que le “peuple palestinien” est une entité inventée, la conséquence ne devrait-elle pas être que les projets innombrables de l’ONU, les milliards de dollars d’aide internationale, et les campagnes incessantes contre Israël ne cessent et ne soient utilisés à des fins plus nobles?

La réponse est oui, mais personne n’y fait attention.

Nous vivons dans un monde post-factuel. Les faits n’ont plus de valeur, à la différence des sentiments et des postures idéologiques. La vérité a été réduite à un inconvénient gênant, et s’il arrive que vous la regardiez en face, rien ne serait plus facile que de fermer les yeux ou simplement regarder ailleurs.

Judith Bergman est communiste et militante politique. Cet article a été initialement publié dans MIDA.