Yellow Vest protester hurls anti-Semitic abuse against French philosopher Alain Finkielkraut, Feb. 17, 2019. (Youtube/Screenshot) (Youtube/Screenshot)
Yellow Vest

Malheureusement, les propos de Macron semblent trop peu nombreux et trop tardifs et ne correspondent pas aux actions de la politique française à l’égard d’Israël et du Moyen-Orient.

Par Daniel Krygier, Unis avec Israël

Le Président français Emmanuel Macron a récemment déclaré devant un public juif que l’antisémitisme en France avait atteint “son pire niveau depuis la Seconde Guerre mondiale“.

Au cours d’une conversation téléphonique avec le Premier ministre Benjamin Netanyahou, Macron a déclaré que la France avait l’intention d’adopter la définition de l’antisémitisme donnée par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste, qui comprend une opposition antisioniste à l’existence d’Israël.

Alors que l’antisémitisme se répand en Europe occidentale, la France apparaît comme un lieu particulièrement sensible pour les juifs. Malheureusement, les mots de Macron semblent être trop faibles et trop tardifs.

La France est fière d’être le premier pays d’Europe occidentale à avoir accordé aux juifs des droits de citoyens après la Révolution française. Pourtant, si certains courants libéraux sont originaires de France, le fanatisme anti-juif a également évolué.

Comme dans beaucoup d’autres endroits, l’antisémitisme en France est enraciné dans des problèmes sociaux et économiques plus vastes qui affligent la société. La tristement célèbre antisémite affaire Dreyfus a suivi la défaite humiliante de la France face à l’armée allemande. Alors que les manifestations largement répandues en France concernant les gilets jaunes portent principalement sur des problèmes socio-économiques, les juifs sont à nouveau les boucs émissaires choisis par les bigots à la recherche de réponses simples à des problèmes complexes. Les intellectuels juifs comme Alain Finkelkraut et les pierres tombales juives sont des cibles alléchantes pour les antisémites qui cherchent des excuses pour attaquer les juifs.

Il n’est pas surprenant que la France ait l’honneur douteux d’avoir plus de cas d’antisémitisme que tout autre pays d’Europe occidentale. La France abrite la plus grande communauté juive d’Europe ainsi que sa plus grande population musulmane, qui augmente rapidement. Au moins 10% de la population française est musulmane et nombre d’entre eux ne s’intègrent pas correctement dans la société française. L’antisémitisme est florissant dans cet environnement toxique de défis socio-économiques, associé à un islamisme radical, qui utilise le conflit israélo-arabe comme une excuse pour cibler les juifs en France.

La haine contre les juifs est également endémique chez les «progressistes» de gauche et d’extrême droite. Depuis qu’elle est principalement présentée comme anti-sioniste, elle a été jusqu’à récemment largement tolérée par le gouvernement français. La décision de Macron d’inclure l’antisionisme en tant qu’expression de l’antisémitisme constitue un pas dans la bonne direction. Cependant, il est contredit par les propres actions et politiques problématiques de la France envers Israël et le Moyen-Orient.

La France est depuis des années l’un des critiques les plus sévères d’Israël en Europe. Ses critiques ne se sont pas limitées à la présence de communautés juives en Judée-Samarie. La France s’est systématiquement ingérée dans les affaires d’Israël et s’est fermement opposée à la loi israélienne sur l’État-nation qui vise à défendre Israël en tant qu’État hébreu. Paris a également condamné la décision américaine de déplacer son ambassade dans la capitale israélienne, Jérusalem. Aux côtés de l’Allemagne, la France a également noué avec enthousiasme des liens politiques et commerciaux avec le régime antisémite iranien qui appelle ouvertement à la destruction d’Israël.

En ce qui concerne l’antisémitisme en France, la politique du gouvernement à l’égard de l’État hébreu fait partie du problème plutôt que de la solution. À moins que les nouvelles déclarations de Macron ne soient assorties d’actions appropriées, l’antisémitisme en France continuera de se développer sans relâche.