Par: Ana Jerozolimski

Ayant officiellement terminé le contrôle de 78% des suffrages aux élections israéliennes – bien que officieusement les données provenant de la Commission électorale centrale reposent déjà sur la quasi-totalité d’entre elles – c’est confirmé: le Likoud de Biniamin Netanyahu et Kahol Lavan de Beni Gantz sont presque à égalité, avec un léger avantage de 1 siège pour le bloc au pouvoir.

Plusieurs points sont à mentionner:

– Selon le calcul de 99,5% des voix, il existe une égalité absolue entre le Likoud de Netanyahu et Kahol Lavan de Gantz, avec 32 sièges chacun. Mais le facteur déterminant est les blocs: celui de droite compte 56 mandats, et celui du centre gauche 55.

– Ceci, laissant Avigdor Liberman en tant que bloc indépendant possède 9 sièges. Ce n’est pas un hasard si on l’appelle depuis longtemps “le faiseur de roi”.
Dans une situation où personne n’atteint 61 mandats, c’est-à-dire la moitié plus 1 des membres de la Kneset, Liberman sera décisif et a déjà déclaré que la seule option qu’il considérait était l’unité nationale entre le Likoud et Kahol Lavan. En fait, pour l’unité, les 2 plus gros suffiraient. Sans cette alliance, former un gouvernement ne semble pas faisable. Aucun bloc n’est apte à former un gouvernement uniquement avec ses “alliés naturels“.

– Liberman a déjà critiqué cela mardi soir, dans son discours de synthèse de la journée – bien que ce ne soit pas encore un discours formel, dans l’attente des résultats finaux – Beni Gantz n’a pas explicitement parlé d’une coalition libérale et laïque sans ultra-orthodoxe. Il a précisé que les partis ultra-orthodoxes n’étaient pas leurs “ennemis” mais “des adversaires politiques“. Il n’exclut pas l’éventualité de partager une coalition avec eux, tant qu’ils acceptent les conditions qu’il a déjà posées, mais il a clairement indiqué qu’il n’accepterait pas de rejoindre un gouvernement de droite extrêmement ultra-orthodoxe. Sa seule option est l’unité nationale.

– L’un des éléments qui compliquent cette option est que, pour le moment, Kahol Lavan reste ferme dans sa position déclarée selon laquelle il ne siègera pas avec Netanyahu, en raison de l’ombre de soupçons de corruption. Oui avec le Likoud, mais pas avec Netanyahou. Pour sa part, le Likoud souligne, du moins pour le moment, qu’il reste uni à Netanyahu au front, puisque c’est son chef, élu démocratiquement.

– En outre: selon les déclarations de ce mercredi matin des députés du Likud, ils ne rejoindront pas une unité nationale uniquement composée de Kahol Lavan et Liberman, mais un gouvernement d’union devrait également inclure ses “alliés naturels“, Yemina et les ultra-orthodoxes.

– Le troisième plus gros parti est la liste commune, une union de 4 listes arabes, qui a obtenu 12 sièges et qui regroupe tous les partis, même s’ils ont été séparés au Parlement sortant. Ils pourraient soutenir de l’extérieur une coalition dirigée par Gantz pour bloquer Netanyahou, mais ils ne le rejoindront pas. Certainement pas avec Liberman, qui n’accepte pas non plus la liste commune. Ahmed Tibi, Président de l’un des quatre partis qui composent la liste commune, a déclaré que M. Gantz n’avait pas encore pris contact avec eux, mais il n’a pas exclu de recommander au président Rivlin de désigner Gantz comme leader du prochain gouvernement, mais il a déjà déclaré que Ils ne feront pas partie de la coalition.

– Les partis haredim ultra-orthodoxes ont augmenté leur présence parlementaire de 1 siège: 9 sièges pour le parti SHAS (Gardiens Sépharades de la Torah) et 8 pour Yahadut HaTora, c’est-à-dire le Judaïsme Unifié de la Torah. Dans son analyse étroite, SHAS peut se féliciter de son augmentation, mais avec le tableau général dans lequel il semble très probable qu’ils ne siègent pas au gouvernement, la situation devient plus problématique.

– La gauche n’a pas disparu, contrairement à ce que certains estimaient. Le parti travailliste (Avoda-Gesher) conserve ses six sièges et l’Union démocratique (Meretz) est passée de quatre à cinq. Les deux partis déjà proclamés pendant la campagne électorale recommanderont au président de confier à Gantz la formation du gouvernement. Mais nous pouvons attendre de voir s’ils soutiendraient une coalition avec Liberman, qu’ils considèrent comme un extrémiste de droite.
Souvenez-vous de tout cela, selon l’examen de 92% des votes non officiels, transmis par la radio publique israélienne, par la bouche de son chroniqueur à la Commission électorale centrale.

Source: Hebrew Jai Weekly