Réunion du cabinet - Accord avec le Liban - capture Capture

Related:

En plus de délimiter la frontière maritime entre Israël et le Liban, l’accord réglemente l’extraction de gaz naturel dans les bassins de la mer Méditerranée.

David Aghiarian, Unis avec Israël

Israël et le Liban ont annoncé mardi après-midi (11) qu’ils étaient parvenus à un « accord historique » qui délimite les frontières des eaux territoriales des deux pays et réglemente l’extraction de gaz naturel dans les bassins de la mer Méditerranée. Techniquement, l’accord sera signé avec les Etats-Unis car Beyrouth, sous la pression du groupe terroriste Hezbollah, s’oppose à des négociations avec Jérusalem.

« Israël et le Liban sont parvenus à un accord qui met fin au différend sur leurs frontières maritimes. Le projet respecte tous les principes économiques et de sécurité établis par Israël. Le traité est sans précédent et renforcera la sécurité d’Israël, stimulera notre économie et assurera une source d’énergie plus propre pour les pays du monde entier« . Il a également remercié le médiateur américain Amos Hochshtein.

Le président libanais Michel Aoun a déclaré que l’accord était « satisfaisant » pour son pays.

« La version finale de l’accord est satisfaisante pour le Liban, répond à ses exigences et préserve le droit à ses richesses naturelles« , a déclaré Aoun.

Le différend maritime entre Israël et le Liban

Les différends entre pays du monde entier pour la délimitation des frontières maritimes sont fréquents, surtout lorsque la zone en question est riche en ressources naturelles. C’est le cas de la mer Méditerranée, où il y a une dizaine d’années, plusieurs bassins de gaz naturel ont été découverts.

Le différend actuel entre Israël et le Liban concernant la délimitation de leurs frontières maritimes a commencé en 2011. Le territoire contesté est un triangle et a un peu plus de 856 kilomètres carrés. C’est là que se trouve le bassin de gaz naturel de Kana et les deux pays ont enregistré cette région comme étant la leur auprès des Nations Unies.

Une étendue d’eau encore plus grande appartenant à Israël a récemment été revendiquée par le Liban en raison de ses richesses naturelles. Peut-être à cause des pressions du groupe terroriste Hezbollah et de son chef, Hassan Nasrallah, qui rend Israël responsable de la crise économique au pays du cèdre. À cet endroit se trouve le bassin de gaz naturel israélien « Karish », mais cette revendication de Beyrouth n’est pas reconnue par les États-Unis ou les Nations Unies.

L’accord

L’accord conclu par Israël et le Liban a été négocié par le diplomate américain Amos Hochstein, qui est le coordinateur américain et envoyé spécial pour les affaires énergétiques internationales. Bien que les termes du traité n’aient pas encore été révélés, on sait qu’Israël a renoncé à la zone contestée en échange d’une promesse de percevoir des redevances sur l’exploration du gaz naturel extrait du bassin « Kana ».

Mercredi matin (12), les termes de l’accord avec le Liban seront présentés au Conseil de sécurité nationale israélien et seront ensuite examinés par le gouvernement. S’il est approuvé, le projet de loi sera ensuite débattu au parlement israélien, ou Knesset en hébreu, pendant une période de deux semaines au terme de laquelle il devra être voté.

Résistance en Israël

Malgré l’annonce faite par Jérusalem et Beyrouth, l’accord pourrait rencontrer des résistances en Israël et atteindre la Cour suprême du pays. En effet, les partis d’opposition, dirigés par Benjamin Netanyahou, s’opposent à l’abandon des eaux territoriales de la mer Méditerranée. La grande crainte, notamment parmi la droite, est que le Hezbollah utilise les profits tirés de l’exploitation du gaz naturel pour financer l’achat d’armes, de missiles et dans son agenda terroriste.

Netanyahou, par exemple, a qualifié le bassin de gaz naturel de Kana d' »atout stratégique » pour l’État d’Israël. Selon lui, l’actuel gouvernement israélien, de transition, à la veille d’une nouvelle élection, n’a pas la capacité juridique de signer un accord de cette ampleur.

« Le Hezbollah utilisera les milliards de dollars obtenus de l’extraction du gaz naturel pour s’armer de missiles et de roquettes qui menacent les citoyens d’Israël. C’est l’Iran qui se positionne sur les rives de Rosh Hanikra et des bassins de gaz naturel d’Israël », a déclaré Netanyahou.