Illustrative photo of Iran nuclear facility. (AP/Vahid Salemi)

L’Iran poursuit ses efforts pour se doter de l’arme nucléaire, et vient de faire une avancée considérable. 

Par l’équipe d’Unis avec Israël

L’Iran a annoncé samedi qu’il rapporterait au pays le deuxième lot d’uranium enrichi à 20% qui a été conservé en Russie dans le cadre de l’accord nucléaire de 2015, une nouvelle étape dans le redémarrage de son programme nucléaire illicite.

L’Iran affirme que l’uranium sera utilisé au profit du réacteur de recherche de Téhéran.

«Lorsque nous avons conclu l’accord sur le nucléaire, nous avons arrêté la production à 20% de combustible et déposé le surplus de combustible en Russie en près de 10 lots. Nous avons reçu le premier lot il y a près de sept mois et le deuxième lot est sur le point d’être retransféré à l’Iran “, a déclaré le porte-parole de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (AEOI), Behrouz Kamalvandi, rapportant les propos de l’agence de presse iranienne Fars.

Chaque lot peut être utilisé pendant près d’un an et l’Iran dispose donc de 20% de combustibles pour le réacteur de Téhéran pendant au moins sept à huit ans, a indiqué M. Kamalvandi.

Si l’accord sur le nucléaire reste en vigueur, les autres parties devront nous vendre le carburant et si l’accord sur le nucléaire meurt, nous ne serions pas libres de produire nous-mêmes le carburant à 20%“, a déclaré M. Kamalvandi.

L’uranium peut être enrichi aussi bien pour servir de combustible de réacteur que pour être utilisé à des fins médicales et de recherche au cœur d’une bombe atomique.

L’uranium faiblement enrichi convient principalement à la production d’énergie nucléaire et nécessite un enrichissement supplémentaire substantiel pour être utilisé dans le cœur d’une ogive nucléaire.

À 20% d’enrichissement, l’isotope U-235 a déjà parcouru 90% de la distance nécessaire pour atteindre le grade d’armes.

En avril, le chef de l’AEOI, Ali Akbar Salehi, a déclaré que son organisation pourrait restaurer l’enrichissement d’uranium à 20% de sa centrale nucléaire de Fordo en seulement quatre jours si l’accord nucléaire était abandonné.

Il a déclaré que cette déclaration devrait être considérée comme un avertissement par “l’autre partie” contre l’annulation de l’accord, soulignant que l’Iran pourrait révéler des progrès plus importants dans d’autres domaines de ses activités nucléaires qui dépassent les niveaux précédents.