Bitcoin symbol. (Shutterstock) (Shutterstock)

En tant que l’un des leaders des cyber-pionniers dans le monde, Israël pourrait être l’une des premières nations à mettre en place un système d’échange de cryptomonnaie pour réglementer l’utilisation et le commerce de la monnaie virtuelle.

Par: CTech

Israël pourrait envisager un échange de crypto-monnaie dans un avenir proche. Un rapport soumis mercredi par un comité dédié de l’Autorité israélienne des valeurs mobilières (ISA) a recommandé la mise en place d’un tel échange, mais n’a pas fourni de calendrier précis.

Selon les auteurs du rapport, la réglementation actuelle en matière de négociation et d’autorisation de paiement ne convient pas aux activités de crypto-monnaie. Il est donc envisageable de mettre à jour la réglementation en vigueur afin de créer une infrastructure plus apte à faire face aux risques liés aux actifs liés à la cryptographie.

Si la recommandation était adoptée, Israël pourrait être l’un des premiers pays à créer une infrastructure de réglementation pour le secteur. Selon le rapport, seuls quelques pays envisagent actuellement de mettre en place un tel échange. À Gibraltar, considéré comme un pionnier de la crypto-réglementation, la réglementation pertinente est entrée en vigueur au début de 2018, et son commutateur local dispose déjà d’une filiale spécialisée actuellement en cours de licence avec l’État. La Securities and Futures Commission de Hong Kong a publié une proposition de réglementation en novembre.

Au mois d’octobre, le groupe de travail Cryptoassets de la Financial Conduct Authority du Royaume-Uni a publié son rapport final, destiné à aider le pays à maintenir son leadership dans le secteur financier mondial. Selon le rapport, le nombre total d’échanges ponctuels d’actifs cryptographiques est de 206. Il indique que la Banque d’Angleterre ne considère pas les actifs cryptographiques comme de la monnaie ou de l’argent, conformément à l’avis des ministres des Finances et des gouverneurs de la Banque centrale du G20.

La Securities and Exchange Commission des États-Unis a mis en place fin 2017 une unité cybernétique chargée de renforcer le contrôle des menaces cybernétiques, y compris les ICO, en intensifiant ses efforts en 2018 et en déclarant que les échanges liés à la cryptographie relèvent de la compétence de la SEC en raison de leurs modalités similaires de fonctionnement.

Le rapport de mercredi est le dernier en date de plusieurs discussions réglementaires relatives aux crypto-devises et aux actifs cryptographiques. Bien que la recommandation de mettre en place un échange soit nouvelle, le contenu du rapport reprend en grande partie le rapport intermédiaire soumis il ya un an.

Le rapport suggère que les sociétés émettrices de jetons seront tenues de déposer un prospectus au lieu du livre blanc actuel, moins contraignant, et que les sociétés émettrices seront tenues de faire rapport à la bourse de la même manière que les sociétés cotées.

Le rapport souligne la nécessité de collaborer avec l’industrie locale. Les auteurs recommandent également de mettre en place un programme de régulation réglementaire pour les sociétés de technologie financière, un projet récemment proposé par une équipe interministérielle israélienne.