(Sliman Khader/Flash90) (Sliman Khader/Flash90)
Muslims Tempe Mount

Par  Mitchell Bard

Faisons une hypothèse, supposons que les palestiniens atteignent un jour leur objectif d’obtenir Jérusalem comme capitale d’un Etat palestinien . Qu’est-ce que cela pourrait signifier pour les résidents et les touristes de la ville?

Dans l’idéal, les sites sacrés devraient bénéficier d’une protection et d’une liberté d’accès, afin que chacun puisse jouir de la  liberté de culte , comme cela est le cas sous administration israélienne. Mais le contexte – et le comportement plus récent des palestiniens – n’est pas très rassurant.

La partie de Jérusalem que les palestiniens réclament comme capitale était sous contrôle arabe de 1948 à 1967. La Jordanie a occupé cette zone ainsi que la Cisjordanie pendant 19 ans et, curieusement, (au cours de cette période) les palestiniens n’ont jamais exigé la fin de l’occupation  ni la création d’un Etat palestinien avec Jérusalem pour capitale. De telles sollicitations ne sont apparues que lorsqu’Israël – sous entendu, les juifs – en a pris le contrôle. Les palestiniens n’ont jamais été capables d’expliquer ce vide de près de deux décennies dans leur supposé désir d’autodétermination sur la Terre qu’ils revendiquent comme étant ancestralement leur.

Avant de réclamer une  nouvelle division de Jérusalem , ses partisans devraient connaître l’histoire de cette période. Israël a fait de la partie occidentale sa capitale; Au cours de cette même période, la Jordanie occupait la partie Est, mais n’y a pas déplacé sa capitale. La Jordanie violait l’accord d’armistice de 1949 en refusant aux Israéliens l’accès au Mur des Lamentations et au Mont des Oliviers. Pire encore, le quartier juif de la vieille ville a été ravagée, 58 synagogues ont été détruites ou profanées, et des milliers de tombes du cimetière sur le mont des Oliviers ont été détruites, et les matériaux en découlant ont été utilisés pour ouvrir une route et construire des clôtures et des latrines dans les camps de l’ armée jordanienne.

Sous le régime jordanien,  les israéliens musulmans ne pouvaient pas non plus visiter leurs lieux saints à Jérusalem-Est. Et “les chrétiens israéliens ont été soumis à diverses restrictions quant à leurs lieux saints au cours des saisons de pèlerinage“, selon Teddy Kollek, ancien maire de la ville. “A contrecœur, seul un nombre limité a été autorisé à visiter la vieille ville et Bethléem brièvement, durant Noël et Pâques.”

La Jordanie a adopté des lois qui limitaient l’ouverture de nouvelles écoles chrétiennes, contrôlaient la nomination des enseignants et exigeaient de ces derniers l’enseignement du Coran. En 1965, les institutions chrétiennes ont été privées du droit d’acquérir des terres à Jérusalem et ses environs. En 1966, les écoles chrétiennes ont été obligées de fermer le vendredi plutôt que le dimanche. En raison de ces mesures répressives, de  nombreux chrétiens ont quitté Jérusalem . Leur nombre est passé de 25 000 en 1949 à moins de 13 000 en juin 1967.

Les lois discriminatoires adoptées par la Jordanie ont été abolies par Israël  après la réunification de la ville, en 1967.

Les politiques palestiniennes à Jérusalem seraient-elles différentes de celles des Jordaniens?  A en juger par les paroles et les actes des Palestiniens, il y a des raisons de s’inquiéter.

Les hauts responsables de l’Autorité palestinienne (AP) ont clairement exprimé leur point de vue selon lequel la politique jordanienne devrait être restaurée en ce qui  concerne le Mur des Lamentations, le lieu le plus sacré du judaïsme. Le ministre des Affaires religieuses Mahmoud al – Habash, a déclaré que l’Autorité devrait empêcher les non – musulmans de se rendre sur le complexe de la mosquée Al – Aqsa, qui comprend, selon de lui, le Mur des Lamentations. En outre, Tayseer al – Tamimi, Président de la Cour religieuse de l’AP, insiste sur le fait que « Al Aqsa est islamique » et que « les Juifs ont pas le droit de prier dans une partie de celui – ci» y compris « son mur occidental » .

En 1952, la Jordanie a proclamé l’Islam comme religion officielle du pays. Selon le projet de la Constitution palestinienne, l’ Islam constituera également la religion officielle de Palestine , ce qui n’est pas de bon augure pour les non-musulmans. Selon un rapport du département d’État américain sur la liberté religieuse dans les territoires de l’AP, les églises ne sont pas officiellement reconnues et doivent obtenir une permission spéciale pour célébrer les mariages ou gérer les problèmes relevant de la sphère personnelle. Les chrétiens ne peuvent pas faire de prosélytisme.

Jonathan Adelman et Agota Kuperman ont souligné que Yasser Arafat «avait essayé d’effacer le Jésus historique en le présentant comme le premier fedayin palestinien radical (lguerrier)». David Raab a observé que “les  chrétiens  sont perçus par beaucoup de musulmans (…) comme une cinquième colonne potentielle d’Israël “.
(…)

En 2002,  des terroristes palestiniens se sont  emparés de l’ église de la Nativité de Bethléem et y ont pris en otage des prêtres, des moines et des nonnes. Le New York Times a  rapporté que “les Palestiniens armés avaient utilisé la zone autour de l’église comme zone de protection, dans l’espoir qu’Israël tenterait de ne pas combattre près du sanctuaire“. Plus récemment, le 23 décembre 2017, des émeutiers de Bethléem ont lancé des pierres sur la voiture dans laquelle voyageait le prêtre orthodoxe grec de Jérusalem.

En 1950, Bethléem et les villages voisins comptaient 86% de chrétiens . Après avoir pris le contrôle en 1995, l’AP a commencé à islamiser Bethléem. Arafat y a nommé un gouverneur musulman, a dissous le conseil municipal, où il y avait neuf chrétiens et deux musulmans, et l’a remplacé par une autre parité . Les limites municipales ont également été modifiées pour intégrer 30 000 musulmans des camps de réfugiés voisins et quelques milliers de Bédouins. Et les musulmans d’Hébron ont été encouragés à déménager à Bethléem. Le résultat est que les 23 000 chrétiens de la région sont passés d’une majorité de 60% en 1990 à une proportion minoritaire en 2001.  Aujourd’hui, il n’en reste que 11 000, soit 12%  de la population de la ville.

En Cisjordanie, les  chrétiens représentent désormais moins de 2% de la population . En 2017, Nihad Abou Gosh,  membre du Front démocratique pour la libération de la Palestine (FDLP) et directeur régional des affaires de la diaspora OLP a reconnu que l’ une des raisons du déclin était “une culture similaire à celle de Daesh et l’existence d’un environnement qui exclut les chrétiens palestiniens et qui se méfie d’eux.” (…)

A la mort d’Arafat en 2004, Graziano Motta, correspondant de Radio Vatican, a déclaré: “La mort du président de l’Autorité nationale palestinienne survient à un moment où les structures politiques, administratives et policières discriminent souvent les [chrétiens]”. Motta a ajouté que les chrétiens “avaient été constamment exposés aux pressions des activistes musulmans, et avaient été contraints de professer leur allégeance à l’Intifada“.

En 2005, Samir Qumsiyeh, un journaliste de Beit Sahur, a déclaré au journal italien  Il  Corriere della Sera  que les chrétiens souffraient de  viols, d’enlèvements, d’extorsions, d’expropriations de terres et de biens. Il a ajouté: “Presque tous les 140 cas d’expropriation de terres au cours des trois dernières années ont été effectués par des organisations islamiques militantes et des membres de la police palestinienne.” Qumsiyeh a averti: “Si la situation continue, dans vingt ans [les chrétiens] disparaîtront d’ici.

Le monde devrait aussi se préoccuper de la  façon dont les palestiniens traiteraient les lieux sacrés  et présentant une importance historique. Les Accords provisoires d’Oslo précisaient que l’Autorité palestinienne serait responsable de la sécurité de certains sites sacrés et que les juifs auraient un accès libre à ceux-ci. Cependant, les Palestiniens ont entravé la possibilité pour les juifs de visiter des lieux sacrés et ont permis aux foules de brûler la synagogue de la paix pour Israël à Jéricho et de détruire le tombeau de Joseph à Naplouse. Le 19 décembre 2017, les Palestiniens ont provoqué des émeutes, brûlé des pneus, lancé des pierres et menacé des soldats et des fidèles à l’occasion de la visite du tombeau de Joseph pendant la fête de Hanoucca.

Les Palestiniens qui contrôlent aujourd’hui le Mont du Temple  ont également causé des dommages irréparables aux vestiges archéologiques des Premier et Second Temples. Les archéologues israéliens ont découvert que pendant les travaux commandés par les autorités musulmanes, ils se sont retirés de la montagne et ont jeté des milliers de tonnes de gravier avec des reliques importantes. Les experts disent que même les objets qui n’ont pas été détruits ont perdu leur utilité archéologique, parce que les agents palestiniens ont mélangé les éléments de différentes périodes quand ils ont enlevé la terre avec les bulldozers. Le Comité contre la destruction des antiquités sur le Mont du Temple, qui ne dépend d’aucun parti, a déclaré qu’un autre projet de construction palestinien avait endommagé un mur datant du Second Temple.

La violation constante des accords que les Palestiniens ont signés sur la liberté de croyance et la protection des lieux sacrés, en plus de la persécution religieuse et des mauvais traitements infligés aux non-musulmans dans leurs domaines, apporte une preuve réelle de la raison pour laquelle  la communauté internationale il devrait être gravement préoccupée  par ce qu’engendrerait le fait de soumettre au contrôle palestinien n’importe quelle partie de Jérusalem.

©  Version originale  (en anglais): The Algemeiner