Le cofondateur du mouvement anti-israélien Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) s’est vu refuser l’entrée au Royaume-Uni.

Par l’équipe d’Unis avec Israël

Vendredi, il a été annoncé qu’Omar Barghouti, membre du comité de la Campagne palestinienne pour le boycott universitaire et culturel d’Israël (PACBI) et cofondateur du mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) contre Israël, s’était vu refuser l’entrée au Royaume-Uni. en raison d’un retard “inexpliqué” dans le traitement de sa demande de visa.

Barghouti devait prendre la parole lors d’un événement à la Campagne de solidarité avec la Palestine (PSC) à Brighton dimanche, aux côtés de la secrétaire Shadow Home du Labour, Diane Abbott, et de la Présidente des Amis syndicaux de la Palestine et du Moyen-Orient, Lisa Nandy.

L’organisation PSC a annoncé vendredi sur son site Internet: “Barghouti ne peut pas se rendre au Royaume-Uni car son visa a été retardé de manière anormale par le gouvernement britannique, sans aucune explication“. Selon le journal, le refus de visa de Barghouti aurait été initié par ”Israël et ses alliés pour réprimer les voix palestiniennes et les mouvements en faveur des droits des Palestiniens. “

Barghouti a, à défaut, pris la parole lors du rassemblement “La Palestine à l’âge de Trump” via une vidéo.

Le journal britannique Jewish Chronicle a annoncé que Barghouti s’exprimerait également par vidéo lors de l’événement The World Transformed, un rassemblement de quatre jours en connexion avec le Parti travailliste britannique, dirigé par Jeremy Corbyn et connu pour ses sentiments antisémites. La réunion se décrit elle-même comme «un objectif radical pour le projet Corbyn et au-delà».

Le discours de Barghouti à ce festival populaire s’intitulerait “Criminalizing Solidarity“.

Le cofondateur du BDS plaide pour un État monocommunautaire qui ne reconnaît pas les droits des Juifs, car cela impliquerait «d’accepter leur droit à l’autodétermination».

Le véritable programme de Barghouti est, à mon avis, une conquête, bien qu’en deux étapes“, explique le professeur Alan Johnson, éditeur du journal de Bicom, explique Fathom. “Premièrement, le mouvement BDS doit isoler Israël de ses alliés. Deuxièmement, les hommes durs locaux, les” amis “et les” frères “de Jeremy Corbyn, doivent faire sortir Israël.

Ironie de l’histoire, Barghouti est titulaire d’une maîtrise en philosophie (éthique) de l’Université de Tel-Aviv et y prépare actuellement un doctorat.