Anti-Israel protesters. (Ryan Rodrick Beiler/Shutterstock) (Ryan Rodrick Beiler/Shutterstock)

Donorbox a annoncé vendredi sa décision de bloquer le compte de collecte de fonds du mouvement BDS, au motif d’allégations de liens entre le mouvement et des organisations terroristes.

Par: Associated Press et l’équipe d’Unis avec Israël

Une société américaine spécialisée dans les logiciels a annoncé vendredi avoir bloqué le compte de collecte de fonds du mouvement de boycott dirigé par les palestiniens contre Israël à la suite d’une plainte déposée par un groupe pro-israélien selon lequel la campagne aurait des liens avec des organisations terroristes.

Donorbox, société fournissant un logiciel de gestion des collectes de fonds, a confirmé que le compte de la campagne de boycott, désinvestissement, sanctions (BDS) avait été bloqué pendant la durée des enquêtes.

La décision a été prise en réponse à une plainte de Shurat HaDin, un groupe de défense des droits israélien qui a engagé des poursuites dans le monde entier contre les ennemis d’Israël, soumis en coordination avec le ministère des Affaires stratégiques d’Israël.

Donorbox, une société basée à San Francisco dont le produit est utilisé par BDS et d’autres organisations à but non lucratif pour collecter des dons en ligne, n’a donné aucune indication sur la durée de l’examen des activités de BDS.

La plainte soulignait que le mouvement de boycott comprenait le Conseil des forces nationales et islamiques de Palestine (PNIF), composé de représentants du groupe terroriste Hamas, du Jihad islamique palestinien et du Front populaire de libération de la Palestine.

De même, ils ont tous lancé des attaques pour assassiner des civils israéliens, notamment une fusillade la semaine dernière au cours de laquelle un palestinien a tiré, entre autres, sur une femme israélienne enceinte.

À seulement 30 semaines, son bébé avait alors été mis au monde à la suite d’une césarienne pratiquée en urgence, mais était décédé quatre jours plus tard.

Le PNIF a été formé il y a deux décennies, mais il se réunit rarement en raison des rivalités acerbes entre les groupes terroristes.

« Nous n’avons aucune intention d’autoriser les organisations terroristes et leurs complices à collecter des fonds en ligne sans ingérence », a déclaré Nitsana Darshan-Leitner, présidente de Shurat HaDin.

Le ministre israélien des Affaires stratégiques, Gilad Erdan, dont le bureau est le fer de lance de la bataille menée par Israël contre le mouvement de boycott, a déclaré que cette décision « constituait un progrès significatif dans nos efforts pour contrer la campagne discriminatoire BDS ».